°°L'Education Canine et les Méthodes Positives & Amicales°°


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Caméras de surveillance interactives pour chien
par mitee Hier à 18:22

» Cherche garde pour 6 mois - Snatch Berger Australien (6 ans)
par mitee Hier à 18:19

» Mâchonne le petit bois ou l'apportable
par PascalUAMN Hier à 18:12

» Les limites des méthodes positives
par PowerUser Hier à 16:56

» Chien qui chouine/couine/pigne
par mitee Lun 20 Nov 2017 - 11:04

» [VIDEO] Interview d'une comportementaliste; mon chien est dominant?
par GC-Obérythmée Lun 20 Nov 2017 - 10:14

» Habituer un chien à être promené par une seule et même personne de la famille
par Biscuit2604 Dim 19 Nov 2017 - 18:24

» Proteochoc/proteostress : Complément alimentaire qui aide en situation post-traumatique
par mitee Ven 17 Nov 2017 - 20:04

» Neva, petite border A ADOPTER
par mitee Ven 17 Nov 2017 - 20:03

Sujets similaires
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Annonces

A propos du Forum

Nous tenons à préciser que ce forum a été créé dans le but de vous faire découvrir la possibilité d'une éducation utilisant une approche positive et respectueuse de votre chien.

Si vous avez des problèmes avec votre ou vos chiens, nous vous recommandons vivement de faire appel à un éducateur canin spécialisé en rééducation comportementale ou à un comportementaliste (utilisant le renforcement positif et aucun outil coercitif, cela va sans dire).

Les explications et conseils donnés sur ce forum ne sont là que pour vous orienter et vous informer des possibilités qui vous sont offertes pour éduquer votre compagnon à quatre pattes.

L'Equipe du Forum

Asso’ Bêtes de Scène


L'association « Bêtes de Scène » (association de protection animale de loi 1901) est située près de Bain de Bretagne (35).

Plus d'infos sur le site
CLICK!
& sur le forum
CLICK!


Partagez | 
 

 Césarienne: comportement de la mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kirito2017
 
 


Féminin
Nb de messages : 53
Localisation : France

MessageSujet: Césarienne: comportement de la mère   Dim 27 Aoû 2017 - 20:47

Bonjour/Bonsoir .

Je regarde beaucoup d'émissions sur les vies des vétos, il y a souvent des césariennes faites sur les chiennes . Ce que je me demande c'est comment la chienne sait que ce sont ses petits qui sont près d'elle ? Comment le liens ce forme ?

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

EDIT PowerUser 12/10/2017

Citation :
Césarienne : intérêts - limites -méthodes

La mise bas d’une chienne est un moment intense pour la chienne et très stressant pour les propriétaires. Les objectifs sont d’avoir une chienne en bonne santé avec des chiots tous vivants et viables ; une chienne qui s’occupe de ses chiots et qui présente du lait dès la naissance.

Même si la mise-bas normale est la règle dans 99,4%, des cas, (toutes races confondues), certaines races présentent une incidence de dystocie* élevée : Bulldog Anglais, Bouledogue Français, Boxer, Shih Tzu, Yorkshire Terrier, Labrador, etc.

De plus, en cas de mise-bas difficile et à l’instar de ce qui a été démontré chez la femme, plus le chiot tarde à être explusé, plus le taux de mortalité néonatale augmente : 5,4% dans les quatre premières heures après les 1ers symptômes de mise-bas à 14% au-delà de 5 heures.

La césarienne en « urgence » est réalisée pendant la mise-bas. La césarienne planifiée est décidée et réalisée avant le déclenchement de celle-ci (absence de signe de mise-bas).

Lorsqu’une césarienne est réalisée en « urgence », le nombre de complications chez la mère et ses petits augmente considérablement, contrairement à la réalisation d’une césarienne « programmée » qui donne des résultats équivalents qu’une mise bas normale.

Critères de césarienne en « urgence » :

- Malposition fœtale : le chiot est mal engagé et ne peut pas sortir
- Monstruosité fœtale : le chiot est trop gros pour passer la filière pelvienne
- Arrêt de contraction de la chienne malgré un traitement médical favorisant celles-ci
- Souffrance fœtale : identifiée par fréquence cardiaque des fœtus (échographie).

Critères de césarienne « programmée » :

- chienne nullipare (n'a jamais eu de petits) de plus de 6 ans
- portée de moins de 3 ou plus de 8 chiots
- race brachycéphale (à face plate, telle que le Bouledogue par exemple)
- épisode précédent de dystocie* (selon la dystocie)
- absence de vétérinaire d’urgence dans un périmètre raisonnable (inférieur à 1 heure)
- chienne dont la lignée est connue pour la présence de dystocies (par atonie utérine* par exemple, connue dans de nombreuses races)
- chienne souffrant d’un désordre métabolique en fin de gestation (éclampsie*, hypoglycémie)
- anomalie vaginale incompatible avec une mise-bas par voie naturelle (bride, sténose, etc.)

Comment planifier la césarienne ?

- Progestérone et Température

Démarrer le suivi de progestérone dans les derniers jours « estimés » de gestation. Certains recherchent la chute de température et débute le suivi lors de la chute.
La chute de la progestérone est un bon marqueur de la préparation à la mise-bas. Attention :

- la chute peut-etre très rapide (en moins de 12), c'est pour cela que l'on recommande une prise de sang l'après-midi (la majorité des chiennes mettent bas la nuit ou tôt le matin).

- la valeur en-deça de laquelle une chienne est prête dépend de l'automat d'analyse utilisé. Ce n'est pas systématiquement < 2 ng/ml.

- Détermination du stade de gestation par échographie

De nos jours (2016) des formules basées sur des mesures des foetus permettent de déterminer à +- 1 jour la date de mise-bas.

Une association avec l'évaluation objective du développement de certains organes internes foetaux permet de vérifier leur maturation finale compatible avec une césarienne.

- Technique « programmée » grâce à la détermination du jour de l’ovulation

Lévy and al., Reproduction Domestic Animal Journal, 2009
L’objectif est de déterminer quand la chienne peut subir la césarienne avant le début de la mise bas : l’équipe chirurgicale et de réanimation des chiots sont préparées, l’intervention se réalise le matin ou en fin d’après-midi, le propriétaire peut se préparer. On maximise la survie à long terme des chiots.
Un suivi de chaleur rigoureux (voir fiche 2) permet de programmer le jour de césarienne dès le diagnostic de gestation.

Une préparation à la césarienne est parfois réalisée dans les heures qui précèdent afin d’optimiser la maturation des chiots et la montée de lait (choix selon critères cliniques et biologiques).

La technique de la césarienne

- Les pré-requis (ou les impératifs à respecter)

La césarienne ne se résume pas uniquement à la réalisation d’une hystérotomie et à l’extraction de fœtus. Elle comprend en effet l’ensemble du processus qui débute par la préparation de la chienne et qui se termine par la mise des chiots à la mamelle, la chienne étant alors éveillée. La gestion de la césarienne implique la présence d’une équipe et d’un plateau technique opérationnels.

- L’anesthésie : une étape clef de la césarienne

Deux éléments se succèdent, voire s’imbriquent : l’anesthésie de la mère et la réanimation des chiots ; le tout étant à mener en parallèle avec une chirurgie. On comprend dès lors la complexité de l’acte et l’importance d’une organisation sans failles.
Les protocoles anesthésiques sont codifiés à l’instar de l’anesthésie chez la femme. Il est recommandé que la chienne soit intubée et sous monitoring gazeux (oxygénation) si l’on souhaite optimiser la survie des chiots.

Attention, il ne faut pas uniquement regarder la survie des chiots immédiate mais dans les premières semaines de vie. Une souffrance pendant la naissance augmente le risque de mortalité dans les 15 premiers jours.

- L’acte chirurgical

La chirurgie est réalisée rapidement et le vétérinaire veille à conserver l’intégrité de l’utérus. Dans des cas particuliers, il est possible de stériliser la chienne au moment de la césarienne.



Césarienne d'une chienne en urgence au CRECS (dystocie par malposition d'un foetus depuis plus de 5 heures ; les 3 foetus en souffrance ont survécus, la maman les a adoptés dès son retour à la maison soit moins de 2 heures après son arrivée chez nous). Nous vous plaçons comme spectateur de la césarienne dans le bloc opératoire.

La vidéo ne montre pas d'image choquante.

Rq : vidéo d'illustration. Ne montrant pas les moniteurs de suivi anesthésique (ECG, Capnographe, Oxymetre, etc.), les différentes injections utilisées (analgésiques, uterotoniques, etc.), l'abdomen de la chienne en gros plan, la réanimation des chiots en détail et le réveil de la mère. Le chirurgien est assisté d'une assistante dédiée à la surveillance anesthésique. Néanmoins l'intubation chienne couchée est un acte délicat qui exige rapidité et exactitude. Le vétérinaire chirurgien porte plusieurs paires de gants stériles lui permettant d'intuber la chienne et dans les plus brefs délais (en retirant les paires protectrices pour respecter les règles d'aseptie stricte) de débuter l'intervention afin d'extraire dans les plus brefs délais les foetus (ici) en souffrance.

- Les soins aux nouveau-nés.

Les chiots sont sortis en quelques minutes, il est donc indispensable que le matériel nécessaire soit accessible et de prévoir plusieurs intervenants pour leur « réanimation » immédiate (photos 1 et 2). Une équipe expérimentée favorise la survie des chiots.

Remarque : les analeptiques respiratoires ne sont pas recommandés en cas d’hypoxie du chiot en l’absence d’assistance respiratoire. L’analeptique respiratoire entraine une augmentation de la consommation en oxygène. En l’absence d’apport en oxygène suffisant (respiration inefficace : obstruction des voies aériennes superficielles par des mucosités, …), l’hypoxie au niveau du cerveau s’accélère (premier organe central affecté) et accélère la souffrance de l’animal. (photo 3)

Tous les chiots doivent être pesés et les malformations majeures doivent être recherchées (fente palatine (du palais), anus non perforé, fontanelles très ouvertes, etc.).

Les chiots peuvent être mis aux mamelles de la mère une fois l’intervention terminée afin d’apporter un apport rapide en énergie et en immunoglobulines (défenses immunitaires présentes dans le colostrum*). Les chiots ne sont laissés avec la mère qu’une fois celle-ci bien réveillée, afin de limiter le stress de la mère et tout rejet éventuel (agressivité, cannibalisme, etc.) (photo 4)

http://www.vetrepro.fr/article-veterinaire-8-6-cesarienne-interets-limites-methodes

Citation :
LES ALEAS DECISIONNELS DE LA NAISSANCE

par le Dr Catherine LEFEVRE (DMV, ECAR dipl.)

Faire porter sa chienne n’est pas toujours aussi simple et cela implique de prendre ses responsabilités au sujet de la santé de la chienne ainsi que des décisions à prendre lors de l’accouchement. Une naissance peut se dérouler tout à fait normalement sans aucun problème ou prendre une toute autre tournure et l’appel du vétérinaire peut devenir nécessaire.

Selon les circonstances dues soit au fœtus, soit à la mère ou encore aux deux, différentes décisions et actions sont à appliquer :

S’il s’agit uniquement du fœtus qui se présente mal, quelques manipulations pour corriger son positionnement  peuvent parfois suffire à résoudre la situation bloquée. De même, un trajet en voiture pour se rendre au cabinet vétérinaire peut résoudre un problème simple, et la naissance peut même avoir lieu en chemin dans le véhicule.

Si cela ne suffit pas, par exemple s’il y a obstruction parce qu’il existe une disproportion fœto-maternelle comme c’est le cas lorsqu’un fœtus est trop volumineux dans des  très petites portées (un ou deux chiots), ou s’il y a une malformation, ou encore parce que l’utérus avec une portée trop volumineuse est distendu et donc n’effectue pas correctement ses contractions, le temps entre deux naissance est prolongé (normalement le fœtus suivant arrive entre 10-15 minutes et 1 heure, 3 heures s’il y a eu repos). C’est ce qu’on appelle l’inertie utérine primaire, l’aide médicamenteuse peut parfois donner le coup de pouce qui va permettre d’accélérer l’expulsion fœtale.

Si cela ne fonctionne pas, une décision chirurgicale doit être prise rapidement : s’il s’agit d’un blocage vulvaire et que le canal pelvien est suffisant : ce sera une épisiotomie, si le problème est plus en amont, au niveau de l’entrée du canal pelvien ou au niveau utérin, ce sera une césarienne pour limiter un trop grand épuisement chez la mère, et la perte de fœtus par souffrance fœtale (hypoxie, compression) et, ou le risque de décollement placentaire trop précoce.

La césarienne peut avoir été décidée bien avant le début de la naissance, on peut l’avoir  programmée pour diverses raisons : parce que la portée détectée est trop importante et que les risques encourus de pertes de fœtus ou de fatigue de la mère sont trop importants, parce qu’il existe une disproportion foeto-maternelle raciale (brachycéphales) ou d’un trop petit nombre de foetus. Un ou deux chiots seront plus gros que lors d’une grosse portée (le volume par chiot sera plus important et le passage du canal de naissance peut être alors trop juste ou insuffisant), de plus l’induction de l’accouchement sera moins active. Donc, la décision chirurgicale en fonction des risques encourus en cas de portée trop importante ou trop peu nombreuse sera quasiment la même. Lors d’une très grosse portée, le risque de pertes de chiots est augmenté, de même qu’une fatigue extrême de la maman due à un accouchement prolongé.

Cette décision doit tenir compte de la balance des risques entre la « non intervention » et la « chirurgie », le risque de pertes maternelle et/ou fœtales. La décision n’est jamais prise à la légère, un accouchement est une épreuve de la vie où tout peut se produire.

Le « timing » d’intervention se situe au moment où le travail commence par exemple : lors de la perte des eaux, ou lorsque le taux de progestéronémie est inférieur à 2ng/ml, ou encore après 60 jours de gestation si l’on connaît le moment de fertilisation par un suivi hormonal des chaleurs. Ainsi, les foeti seront suffisamment viables et mâtures pour évoluer et se développer tout à fait normalement.

Actuellement, les anesthésies dites balancées, avec oxygénation et l’utilisation d’un anesthésique gazeux minimisent au maximum les risques. La chienne en fin de gestation est très souvent  un peu anémique, l’apport d’oxygène est donc intéressant lors d’une intervention à ce stade.  Le réveil est également très rapide dès l’arrêt de l’anesthésie, la chienne recouvre ses esprits et peut allaiter,  voir s’occuper pleinement de ses petits dans les heures qui suivent.

Une surveillance et un apport de lait maternisé sont parfois nécessaires, une césarienne interfère sur le métabolisme et, comme pour toute chirurgie, une phase de catabolisme suit pendant 24 à 48 heures. Mais, dans le cas d’une mère allaitante, on observe une répercussion sur la lactation, la montée de lait est donc, en général, décalée de ces 24-48heures de récupération de l’organisme.

L’instinct maternel existe comme lors d’un accouchement naturel, sinon que la chienne doit gérer l’arrivée brutale de tous ses chiots plutôt que progressive pendant des heures, l’accompagnement de l’éleveur est très utile pour la soutenir au début.

Lors de césariennes successives, on peut se poser la question mais pourquoi et combien de fois peut-on encore intervenir ? à l’ouverture, on constate immédiatement s’il y a des séquelles de l’opération précédente : des filaments visibles sur les bords de l’utérus et qui se lient à d’autres organes ou sur le mésentère forment des adhérences.  En fonction de la présence plus ou moins importante ou inexistante de ce phénomène, on choisira ou non de répéter une gestation.  Il est évident que s’il n’y a pas ou peu d’adhérences l’avis sera plus favorable. Et si en plus, la chienne ne montre aucun signe de fatigue ou de vieillissement, aucun argument ne pourrait s’opposer à ce qu’elle puisse à nouveau faire une portée. Les chiennes brachycéphales, où la césarienne fait partie de l’organisation de l’élevage de ces races, peuvent supporter sans problèmes deux, trois voire quatre césariennes si les conditions le permettent, rarement au-delà.

La remise en forme après l’accouchement dépend plus de l’état d’épuisement ou de fatigue pendant le déroulement de la naissance et de l’intensité de la lactation (en durée et en nombre de chiots nourris). Certaines petites astuces permettent de ne laisser à la chienne qu’un nombre limité de chiots : par exemple sur une portée de 16 chiots, elle peut ne s’occuper toujours que de 8 chiots. On alterne deux groupes de 8 toutes les deux heures, ce qui donne la possibilité à tous les chiots d’être en contact intime avec leur mère sans l’épuiser, l’éleveur s’occupant du groupe isolé en alternance. Lors d’une césarienne programmée, la chienne n’est pas encore ou depuis peu en travail, ce qui lui permet de récupérer plus rapidement de l’intervention que si on doit intervenir en plein milieu d’un accouchement pénible où elle est épuisée.

Les chiots nés par césarienne ne sont pas anormalement sur ou sous développés, la maman récupère aussi bien que lors d’un accouchement, elle peut donc, si elle est en pleine forme, avoir de nouveau  une portée après environ un an de repos sans plus de risques qu’une autre.

Un grand MERCI au Docteur LEFEVRE (ma vétérinaire) pour avoir eu la gentillesse d'écrire cet article sur ce sujet un peu méconnu du public et qui revêt une grande importance en matière de reproduction

http://www.tequibou.com/cesarienne/cesarienne.htm

Citation :
Comment se passe la césarienne chez une chienne ?

Pour des informations sur le déroulement normal de la gestion et de la mise-bas chez la chienne, vous pouvez vous référer à l’article déjà publié à ce sujet : «Comment se passe la reproduction chez la chienne ». Dans la majorité des cas la mise-bas a lieu de façon naturelle, sans nécessiter d’intervention humaine. Toutefois, certaines circonstances conduisent à prendre la décision d’intervenir chirurgicalement, à la fois dans l’intérêt de la mère et dans celui des petits.

Quand décide-t-on de pratiquer une césarienne ?

Il y a deux cas de figure. Soit la césarienne a été programmée à l’avance, car on sait que la chienne ne pourra pas mettre-bas seule, soit la césarienne est décidée en urgence suite à la découverte d’une anomalie.

               -La césarienne programmée :

Chez certaines races, la césarienne est prévue d’office. C’est le cas notamment des races de chiens brachycéphales, sélectionnées pour leur tête volumineuse et leur petit corps (par exemple le bouledogue anglais ou français). Les chiots ont alors un crâne trop volumineux pour passer le bassin de leur mère, ce qui rend la césarienne incontournable. C’est ce que l’on appelle la « disproportion foeto-maternelle ». D’autres races sont également prédisposées aux mises-bas difficiles, comme le chihuahua ou le Yorkshire terrier.

Mais les petits brachycéphales ne sont pas les seuls à être trop gros pour être expulsés naturellement : c’est également le cas des fœtus uniques. Lorsque la chienne n’attend qu’un seul petit,  celui-ci a tendance à grandir davantage que si il était entouré de frère et sœurs, et il est fréquent que la césarienne soit nécessaire.

Les portées trop nombreuses peuvent également faire l’objet d’une césarienne programmée, car la mise-bas peut alors durer très longtemps et épuiser la mère.

Enfin, la conformation individuelle de certaines femelles les prédispose à avoir des difficultés à mettre bas, par exemple parce que leur bassin est étroit. Pour les chiennes qui ont déjà mis bas par césarienne, (et parfois à plusieurs reprises comme c’est le cas des chiennes d’élevage), la césarienne peut être prévue à l’avance.

Le moment optimal  pour la césarienne est déterminé à partir du jour de l’ovulation et de dosages de la progestérone dans le sang. L’opération à lieu avant le début des contractions. La césarienne programmée n’aurait pas d’incidence sur la fertilité ultérieure.*

-La césarienne d’urgence

               Dans d’autres cas, le vétérinaire décide de pratiquer une césarienne en urgence car la mise-bas ne se déroule pas comme prévu (c’est ce que l’on appelle une « dystocie »). Certains signes doivent vous inciter à consulter votre vétérinaire dans les plus brefs délais, comme la présence de pertes vulvaires purulentes ou hémorragiques, une gestation anormalement longue (plus de 72 jours), des efforts expulsifs infructueux de la part de la chienne depuis plus de 30 minutes, ou lorsqu’il s’écoule plus de 4 heures entre l’expulsion de deux fœtus. Le vétérinaire peut avoir recours à des examens complémentaires pour tenter de trouver la cause de la dystocie (radiographie, échographie…). Les problèmes sont liés soit à la mère, soit aux chiots. Dans certains cas un traitement médical est possible, dans d’autres il faut intervenir chirurgicalement.

1)      Problèmes liés à la mère

Les dystocies liées à la mère sont souvent due au fait que l’utérus ne se contracte pas (inertie utérine). Un traitement médical peut être tenté mais, s’il échoue, la césarienne sera nécessaire. Les traumatismes comme les fractures du bassin ou les déchirures de l’utérus sont également des indications chirurgicales. Parfois, le vétérinaire peut estimer que la chienne est trop fatiguée ou trop malade pour pouvoir supporter une mise-bas, qui demande beaucoup d’énergie.

2)      Problèmes liés aux chiots

               Malheureusement, il arrive également qu’un ou plusieurs fœtus ne se porte pas bien (on constate alors une augmentation de sa fréquence cardiaque). Il faut alors l’extraire très rapidement. Enfin, dans certains cas un fœtus décédé peut se décomposer dans l’utérus et mettre en danger la santé de la mère. En cas d’infection important il arrive qu’il faille retirer l’utérus à l’occasion de la césarienne.

               La césarienne d’urgence a lieu au cours de la mise-bas, alors que le travail a déjà commencé. On comprend aisément que les risques encourus ne sont pas les mêmes que lors d’une césarienne programmée, a l’issue d’une gestation normale sur une chienne et des fœtus en bonne santé (le taux de survie est alors similaire à celui d’une mise-bas naturelle).

               Dans tous les cas, il s’agit d’une opération chirurgicale, qui n’est jamais un acte à prendre à la légère. Il faut y penser et être conscient des risques avant de décider de mettre sa chienne à la reproduction, surtout chez les races brachycéphales. Dans l’intérêt du chien, il est important que les éleveurs sélectionnent également des chiennes capables de mettre-bas facilement.

L’opération de césarienne

En l’absence de complication la césarienne est une opération assez rapide. Le vétérinaire met en place un protocole d’anesthésie adapté qui permet à la fois de tranquilliser la chienne et de gérer la douleur liée à l’opération, le tout sans compromettre la santé des chiots. Comme chez l’homme, cela peut passer par une anesthésie péridurale.

Cette opération nécessite de prendre soin à la fois de la mère, et d’une portée de chiots parfois conséquente. Il faut donc être très organisé, tout est préparé à l’avance.

césarienne chienne

Très vite les petits sont sortis et, pendant que le vétérinaire suture les plaies et prend soin de la mère, une aide doit s’occuper des chiots. Selon le personnel disponible et la taille de la clinique vétérinaire, il arrive que le propriétaire soit mis à contribution pour cette tâche. Les éleveurs notamment ont souvent l’habitude de participer au nursing des chiots. En général le réveil de la mère est rapide, ainsi elle peut allaiter et s’occuper de ses petits sans délai.

La prise en charge des chiots

Après avoir dégagé les chiots de leurs enveloppes fœtales, il faut dans un premier temps les aider à respirer, en dégageant les sécrétions qui obstruent leur nez et leur bouche. Pour ce faire on peut utiliser un mouche-bébé ou simplement une petite compresse humidifiée.

Ensuite les petits sont frictionnés vigoureusement avec une serviette chaude. Cette opération a pour but à la fois de les sécher pour ne pas qu’ils refroidissent (on remplace ainsi la langue de la mère), et à la fois de les stimuler afin d’accélérer la mise en place de la respiration. Comme chez l’homme le premier cri est guetté avec attention, car il est le signe du déploiement des poumons et atteste que le nouveau-né a pris son premier souffle. En cas de difficulté certains médicaments, administrés sous la langue, peuvent aider le chiot à mettre en route la respiration.

Tout cela doit être fait immédiatement, et sur tous les chiots simultanément. Plusieurs personnes sont donc souvent nécessaires en cas de portée nombreuse.

Les fœtus sont soigneusement examinés et toute anomalie congénitale est recherchée (fente palatine, non-perforation de l’anus).

Des soins sont éventuellement effectués au niveau du cordon ombilical, puis les petits sont gardés au chaud (par exemple en couveuse) en attendant le réveil complet de leur mère. Dès que celle-ci sort du bloc, les petits sont placés auprès d’elle et ont accès à la mamelle. La césarienne peut parfois nuire à la production de lait, mais ce problème temporaire ne dure pas au-delà de 24 heures. Un lait de remplacement peut être utilisé ; Suivez les conseils de votre vétérinaire. Dans la plupart des cas l’instinct maternel est conservé, et très vite la mère s’occupe spontanément de sa portée.

Pauline Denoeux

*LEVY X., MIMOUNI P., La césarienne chez la chienne peut être programmée, la Dépêche vétérinaire n°1072 du 27 mars au 2 Avril 2010,

Elodie Zoomalia

http://www.zoomalia.com/blog/article/cesarienne-chienne.html


Dernière édition par PowerUser le Jeu 12 Oct 2017 - 16:40, édité 1 fois (Raison : Complément informations sur la césarienne)
Revenir en haut Aller en bas
Kinya
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 2002
Age : 28
Localisation : Haut doubs
Emploi : Horlogère

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Lun 28 Aoû 2017 - 10:40

Si aucuns petits n'est sorti naturellement sa semble très compliqué, surtout si s'est la première portee de la mère, parfois le lien ne se crée jamais et la mère n'a pas de lait.

Pour kiska 5 chiots étaient né naturellement et les 2 derniers par césarienne.
Elle a fait aucune différence entre les chiots (meme pas reniflé + les 2 derniers) une fois de retour avec eux
Tout comme + tard: 2 chiots sont parti a 9 semaine, 1 a 11 semaine
A 11 semaine elle a revu la petite partie a 9 semaine .... rien a f*utre, elle s'est comportée comme si la petite n'était pas partie
En revanche ses frangins et elle ont mis quelques instant avant que sa redevienne comme avant
(Elle était restée un week end avec eux)
Revenir en haut Aller en bas
PowerUser
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 40957
Age : 41
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Lun 28 Aoû 2017 - 10:44

Alors déjà, il faut savoir qu'il y a des races pour lesquelles on ne laisse même plus les chiennes mettre bas d'elles-mêmes (races brachycéphales surtout). C'est césarienne quasi-assurée! Chez le Boston Terrier (c'est la race d'un de mes chiens), il y a d'ailleurs cette "mode" alors que généralement, la mise bas par voies naturelles est tout à fait envisageable (cette façon de faire mettait un des mes amis éleveurs de BT en rogne d'ailleurs). Malgré tout, je me souviens avoir lu sur l'un ou l'autre d'élevage de la race, que toutes les chiennes devaient subir une césarienne et que c'était normal!!!!!! Mad

Pour ces races, il faudrait tout de même franchement réfléchir à ce à quoi la sélection et l'hypertype ont abouti! Des chiennes qui ne peuvent plus mettre bas seules systématiquement et sans intervention humaine, est-ce la bonne voie?

Concernant le lien d'attachement, je me pose aussi la question surtout que suite aux césariennes, les chiots sont complètement pris en charge par les humains pour les premières minutes: rupture de la poche, nettoyage/séchage, réanimation, etc...

Une de mes connaissances (élevage familial de BT) avait une femelle qui avait subi une césarienne et qui avait eu du mal à s'occuper de ses chiots une fois réveillée (anesthésie) parce qu'elle ne semblait pas comprendre d'où cvs petites choses provenaient. Il fallait la forcer pour les tétées.

Je ne pourrais pas en dire plus...

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
Kirito2017
 
 


Féminin
Nb de messages : 53
Localisation : France

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Jeu 31 Aoû 2017 - 17:41

Intéressant tout ça .
Revenir en haut Aller en bas
anouschka21
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 2964
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Jeu 31 Aoû 2017 - 18:07

Je viens de lire sur Fb qu'une chienne avait eu une portée et avait agressé les 2 chiots nés par césarienne, mais comportement normal avec ceux nés naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Noemie-
Professionnel Canin
Professionnel Canin
avatar

Nb de messages : 1113
Localisation : Pays de gex

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Jeu 31 Aoû 2017 - 20:42

Je trouve ce moment horrible, le réveil de la chienne avec des chiots autour sans qu'elle ne comprenne pourquoi !

C'est toujours + facile avec des chiennes qui ont déjà eu des petits et qui s'en occupent du coup tout de suite.

Parfois on doit garder le placenta pour en enduire les chiots lorsque la mère se réveille, pour qu'elle les lèche.

JE trouve que le lien ne se fait pas tout de suite, souvent la maman nous regarde l'air ahuri par ce qu'il se passe. On doit l'accompagner mais parfois ça ne match pas et elle finit par les délaisser.


Dernière édition par mitee le Ven 1 Sep 2017 - 8:47, édité 1 fois (Raison : induire -> Enduire)
Revenir en haut Aller en bas
Del15135
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 500
Age : 25
Localisation : Essonne
Emploi : Doctorante Psychologie

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Ven 1 Sep 2017 - 22:08

C'est une vraie question (qui se pose aussi chez les humains) !
C'est fou que l'on ai ce besoin de surmédicaliser et d'intervenir dans tous les instants sensés naturels. Parfois c'est indispensable, je comprends bien, mais quand même !

Pensez vous que l'équilibre "psychique" des chiens nés par césarienne est différent ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Sam 2 Sep 2017 - 19:34

je vais t'expliquer ma propre expérience

j'ai connu une dogue argentin, malheureusement saillie par erreur, les proprios ont eu confirmation de la grossesse 15 jours avant la mise bas

La chienne ne met pas bas, ça tourne à la césarienne d'urgence et là catastrophe
la chienne se moque des chiots, 2 meurt (car meme nourrit au biberon, c'est pas pareil), de là ça maitresse pète un plomb et met les chiots avec la mère

elle s'en occupe d'un coup mais très mal, d'une car elle les réchauffe pas du tout, la chienne partait toujours dans une autre pièce avec uniquement la petite femelle (et toujours la meme), les autres pouvaient hurler, elle s en moquait

en grandissant les chiots ont abimés le ventre avec leur petites griffes, la chienne ne supportaient plus les tétées, donc ils ont été "sevré" à 1 mois ...

de plus elle ne partageait jamais son os ou gamelle croquette avec eux, en gros ça a été une très mauvaise mère
Revenir en haut Aller en bas
Cath
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 2037
Localisation : Environ de la rochelle
Emploi : Ide

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Sam 2 Sep 2017 - 21:04

Mon expérience d'humaine : le lien se fait de suite et très fort .... par contre , au fin fond de ma tête , je n'ai jamais accouché ........ Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Del15135
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 500
Age : 25
Localisation : Essonne
Emploi : Doctorante Psychologie

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Sam 2 Sep 2017 - 22:14

Je pense que ça doit être sûrement variable d'un chien à l'autre mais ce que tu racontes tchina ne m'étonne guère.
Nous humain, avont peut être "la chance" d'être conscient de la situation ce qui fait que le lien se créer tout de suite (comme tu le dis Cath) mais cela ne doit pas être anodin effectivement. J'ai souvent entendu des femmes dire qu'on leur avait "volé" leur accouchement avec la césarienne. ça ne doit pas être évident, même si raisonnablement, on peut se dire que c'était pour la santé de la mère et l'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Dim 3 Sep 2017 - 19:41

ayant accouchée naturellement (sans peri ) et par cesarienne (1ere cesarienne, 2eme naturellement), et bien j'ai eu enormement de mal à me dire que j etais maman pour la 1er, ça a ete tres difficile, la 2eme avec l accouchement qui a duré 24H, j ai pu me preparer, c est bizarre... j ai tellement souffert et j ai adoré en plus
Revenir en haut Aller en bas
Kirito2017
 
 


Féminin
Nb de messages : 53
Localisation : France

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Dim 3 Sep 2017 - 20:59

Je pensais que chez les "humains" naturel ou non pour moi c'était pareil ( j'ai jamais eu d'enfants ) ..
Revenir en haut Aller en bas
mitee
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 29807
Age : 37
Localisation : sud 92
Emploi : Préparatrice en pharmacie et bisounours

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Lun 4 Sep 2017 - 9:28

l'attachement est quelque chose de tellement aléatoire ! certaines ont accouchés normalement et ont quand même eu du mal a s’attacher (là je parles bien humain, étonnamment jamais rencontré ca chez le chien).

chez les bovins, laisser la mère faire le nettoyage est d'une importance capitale aussi.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
u Pensez à utiliser la fonction "Chercher" en mode simple ou avancé . u
4 lettres mini et une étoile * si vous ne cherchez qu'une partie du mot.
Si le mot recherché ne fait que 3 lettres ou moins, passez par la fonction "Recherche Avancée" cliquez sur le bouton google.
Revenir en haut Aller en bas
http://miteeetpetronille.skyrock.com/
PowerUser
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 40957
Age : 41
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   Jeu 12 Oct 2017 - 16:25

Sur un autre post...

Hermès a écrit:
Je viens de le regarder et franchement ce qui m'a choqué, c'est la petite chienne obligée de mettre bas par césarienne. Je comprends bien que l'on puisse craquer pour ces chiens mais là pour moi, c'est trop. Ces races (et apparentées avec le même problème) ne devraient pas continuer à être reproduites. Où alors une nouvelle sélection devrait permettre aux chiennes de pouvoir mettre bas naturellement.

Cattleya a écrit:
Je suis du même avis, on sélectionne de plus en plus sans le vouloir des chiens handicapés en laissant reproduire ces chiens là. Je me demande si à terme on ne va pas en plus obtenir ainsi des chiennes qui ne peuvent pas attendre que la grossesse soit à terme, ou qui carrément n'auront plus le physique pour les porter.

Invité a écrit:
Du même avis aussi. Faire naître obligatoirement par césarienne des bouledogues qui de toute façon ne sauront pas respirer correctement parce que leur nez, pharynx, et/ou trachée sont mal foutus... je ne vois vraiment pas l'intérêt.

EDIT: j'ai complété le premier com' du post pour y insérer des informations sur ce qu'est la césarienne. J'avoue que cela me chagrine que l'on fasse reproduire plusieurs fois une femelle qui a des difficultés à mettre bas et il ne s'agit pas forcément de races brachycéphales... Neutral

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Césarienne: comportement de la mère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Césarienne: comportement de la mère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comportement de la mère avec ses petits
» Agressivité envers sa mère ?
» chiot enlever trop tôt à sa mère
» ma jeune tourterelle à un comportement bizarre
» comportement bizarre- couple perruches ondulées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°°L'Education Canine et les Méthodes Positives & Amicales°° :: LES CHIENS :: * SANTE * :: Stérilisation - castration - reproduction, etc...-
Sauter vers: