°°Le Forum de l'Education Canine & des Méthodes Positives & Amicales°°


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prédation sur animaux, instinct de chasse
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar EnergieSolaire Hier à 20:52

» stage "gestion de la réactivité et de l'agressivité au quotidien" 2-3 mai 2020 Valleiry 74
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar Poupoune Hier à 19:25

» Formation comportementaliste/éducateur canin BELGIQUE
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar Endeless Hier à 19:05

» Possessivité/défense des ressources
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar philo Hier à 10:47

» Eviter les jeux de lancer de balle, de bâton ou de pouic-pouic: pourquoi?
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar Manoon Hier à 8:07

» Court après les voitures
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar philo Lun 18 Nov 2019 - 19:39

» VAE pour BP Educateur Canin ?
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar Manoon Lun 18 Nov 2019 - 9:00

» Les races à nez fendu
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar Ptit'LU Lun 18 Nov 2019 - 0:32

» Zen-O-Vet: le comportement... vu par la science!
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Emptypar Kaïnate Ven 15 Nov 2019 - 22:41

Sujets similaires
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Annonces

A propos du Forum

Nous tenons à préciser que ce forum a été créé dans le but de vous faire découvrir la possibilité d'une éducation utilisant une approche positive et respectueuse de votre chien.

Si vous avez des problèmes avec votre ou vos chiens, nous vous recommandons vivement de faire appel à un éducateur canin spécialisé en rééducation comportementale ou à un comportementaliste (utilisant le renforcement positif et aucun outil coercitif, cela va sans dire).

Les explications et conseils donnés sur ce forum ne sont là que pour vous orienter et vous informer des possibilités qui vous sont offertes pour éduquer votre compagnon à quatre pattes.

L'Equipe du Forum

Asso’ Bêtes de Scène

Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Bds-lo10
L'association « Bêtes de Scène » (association de protection animale de loi 1901) est située près de Bain de Bretagne (35).

Plus d'infos sur le site
CLICK!
& sur le forum
CLICK!


Partagez
 

 Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
AuteurMessage
PowerUser
 
 


Nb de messages : 44319

Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)   Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 EmptyJeu 23 Fév 2017 - 18:37

Citation :
Pour en finir avec le débat « pour ou contre le R+ »

Il est de ces sujets qui stigmatisent les gens, l’éducation canine en est un, et on ne parle pas de l’alimentation du chien…

De mes quarante-sept ans, j’ai pu assister à un changement spectaculaire de la relation homme-chien. D’un animal-objet, outil de travail que l’on consomme comme tel, le chien est devenu un membre de la famille.

L’éclosion de la « science de l’éducation canine » comme certains l’appel aura permis d’éveiller ce que l’homme sait pourtant depuis longtemps: plus un être vivant est bien dans son corps, mieux il est dans sa tête et plus agréable il sera pour notre entourage.

La vrai question n’est pas de savoir si le R+ « ça marche », puisque la réponse est que oui, ça fonctionne, c’est prouver et valider des millions de fois.

Oui, le discours pro R+ est parfois « prêchi-prêcha », mais que le discours de ceux qui sont contre, fait penser à celui qui doute des changements climatiques…

Bien sûr cette « science » n’a pas réponse à tout. Il y’a encore tant d’inconnu, de « cas mystère ». Il reste tant à découvrir. Déjà s’élèvent des voix pour affirmer que le R+ peut aussi être une source de stress importante, le contraire du but rechercher. Et le stress, induit en R+ ou par une technique aversive, demeure néfaste et contre-productif. On peut aussi s’interroger sur la pertinence de vouloir tant en « apprendre » ou en imposer aux chiens avec un cliquer ou non.

Quand l’objet de notre étude est le vivant, on peut s’attendre à bien des surprises, bien des découvertes pour encore beaucoup, beaucoup d’années. D’autant que l’on comprenne encore bien mal l’humain, bien malin celui qui prétends avoir tout compris du chien.

À mon humble avis les questions à se poser sont plutôt: quelle est notre conception de la place du chien dans la vie de l’humain ? Est-ce que le chien est là pour nous servir? Est-il à notre disposition? Dois-t-il faire uniquement ce que je veux, quand je veux? Est-il prisonnier de mes volontés? Quelle intérêt mon chien as-t-il de faire ce que je veux qu’il fasse? Est-ce que mon chien peut faire ce que fais un chien? Est-ce que mon chien est heureux? Vraiment? N’est-ce pas moi qui est heureux qu’il fasse ce que JE veux et non ce que LUI veux?

Au-delà de la technique, de ses imperfections ou des résultats, le R+ aura le mérite de considérer le chien pour ce qu’il est, un être sensible, vulnérable. Au-delà du R+ il ne faut pas perdre de vue, que nos chiens ne nous ont rien demandés. Ils n’ont rien choisis. NOUS les avons choisis. NOUS sommes responsables de ce qu’ils sont ou seront. Si je ne suis pas satisfait de mon chien, j’en suis le seul responsable. Mon chien n’est que le résultat des tous les choix que j’ai fais avec lui: choix de sa provenance, choix de mon milieu de vie, choix de l’éduquer ou non, choix de prendre du temps ou non, choix d’apprendre, de pratiquer ou non, etc.

Pour ma part, je suis de ceux qui croient et qui ont constaté qu’aucun être vivant ne peut révélé son plein potentiel avec des interdits, des réprimandes, des corrections, verbales ou physiques. On dit souvent qu’il n’y a pas de petit vol, un vol est un vol. Je dis qu’il n’y a pas de petite violence, la violence est la violence et, personnellement, je n’en veux pas dans ma vie.

Je pense aussi qu’avant de demander à mon chien de changer, je me dois de me demander ce que je peux aussi changer. Et surtout, ce que je fais avec un chien dans ma vie.

Après des centaines, voir plus d’un millier de chiens que j’ai connu, côtoyé, avec qui j’ai travaillé et avec tous ceux avec qui j’ai partager ma vie, la conclusion que je tire, c’est que finalement, la nature est pas mal plus grande et merveilleuse que mon égo.

http://www.manitoumushers.ca/finir-debat-contre-r/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 


Nb de messages : 44319

Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)   Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 EmptyMer 1 Mar 2017 - 15:37

Juste pour faire un petit historique...

Citation :
Le « monde » du comportement du chien en France : quelle évolution en 20 ans ?
(article paru dans le 1er numéro du magazine "Tout chien" de juin 2016)

En 20 ans, il y a eu une grande évolution dans le monde du comportement du chien.

Dans les années 90, il y avait essentiellement des dresseurs et des éducateurs de chien qui étaient les seuls interlocuteurs concernant le comportement du chien. Éducation de base comme on dit mais aussi éducation en cas de troubles du comportement. Les vétérinaires avaient alors essentiellement deux rôles : la castration réputée « calmer » le chien et l’euthanasie quand l’éducation et la castration n’avaient pas suffit à améliorer son comportement.

Côté vétérinaire…

• Les premières consultations vétérinaires de comportement sont nées à l’école Vétérinaire de Lyon en 1986. Patrick Pageat vétérinaire et docteur en éthologie avait mis en place ces consultations spécialisées dans le but de soigner les troubles du comportement autrement et de diminuer les décisions d’euthanasie pour cause de comportement. Alliant les données de l’éthologie, de la médecine et des neurosciences qui naissaient à peine à l’époque, il a élaboré une nouvelle manière d’aborder les troubles du comportement en considérant qu’un trouble du comportement peut être considéré comme un signe de souffrance, le symptôme d’une affection comportementale.

La consultation de comportement fondée sur l’observation en direct du chien et sur un entretien précis avec les personnes vivant avec le chien permet d’établir un diagnostic, donc de proposer un pronostic et un traitement. Le traitement dont il s’agit est alors constituée de mesures comportementales et éventuellement de la prescription de produits (médicamenteux ou non).

• Dans les années 90, plusieurs vétérinaires dont je fais partie se sont formés ainsi « sur le tas », en suivant régulièrement les consultations de comportement de Patrick Pageat et en participant aux congrès organisés par ce groupe de vétérinaires passionnés.

• En 1998, nait le diplôme inter-écoles (DIE) de vétérinaire comportementalistes qui formera pendant plus de 15 ans près de 200 vétérinaire comportementalistes en Europe.

• Je me souviens que dans les années 90 les motifs de plaintes des propriétaires étaient les mêmes qu’aujourd’hui : en premier lieu l’agressivité, puis les problèmes de solitude (vocalises, destructions, malpropreté en l’absence du maître), enfin les problèmes de malpropreté, de peurs, d’éducation…. Toutefois, les deux principaux diagnostics portés à cette époque – c’est-à-dire les affections en cause – étaient surtout la sociopathie (trouble de la hiérarchie : le chien se prend pour le dominant) et l’anxiété de séparation (le chien n’a pas appris à être seul, donc il est anxieux quand il l’est).

• Progressivement, la sémiologie (étude des symptômes) a évolué et d’autres affections ont été identifiées comme pouvant induire les mêmes troubles du comportement (agressivité, anxiété de solitude, malpropreté, peurs…). C’est par exemple le cas des troubles du développement, comme le syndrome hypersensiblité-hyperactivité (ou Hs-Ha) lié à une insuffisance de maternage avant l’âge de 2 mois, ou le syndrome de privation sensorielle liée à une insuffisance de stimulations environnementales avant l’âge de trois mois.

• Sur le plan médical, les maladies neurologiques (tumeurs cérébrales, épilepsie, syndrome confusionnel) ont toujours été prises en compte dans l’apparition de troubles du comportement, mais l’influence de la douleur et des maladies hormonales (l’hypothyroïdie) a été plus souvent avancée.

• Parallèlement, sur le plan législatif, la Loi sur les chiens dangereux du 6 janvier 1999 a provoqué des réactions variées dans le monde du chien. La question fondamentale sur l’influence de la race, plus précisément de la génétique, sur l’agressivité a été maintes fois soulevée. Cette loi était elle fondée ? Y a-t-il effectivement des races plus dangereuses que d’autres ? Ne s’agissait-il pas en réalité d’une mesure politique sociétale pour résoudre un problème de banlieue ? Le fait qu’en 2008, une évaluation comportementale devenait obligatoire pour les chiens mordeurs quelle que soit leur race a permis d’apaiser le débat. L’enregistrement de tous les rapports d’évaluation comportementale dans le fichier national de l’I-CAD[1] contribue à constituer un observatoire des morsures, donc d’avoir des chiffres pour pouvoir répondre plus sérieusement un jour à la question de la dangerosité d’une race.

• Depuis le début des années 2010, ont émergé d’autres formations vétérinaires en médecine du comportement des animaux. Le DU de zoopsychiatrie vétérinaire d’une part à Lyon et le CEAV de médecine du comportement des animaux à Maisons Alfort.

Aujourd’hui, tout praticien vétérinaire a les moyens suffisants (formations, ouvrages, confrères spécialisés) pour répondre à la demande de tout client dont le chien présente un trouble du comportement.

Côté éducateurs…


• Dans le monde de l’éducation canine, le regard porté sur le comportement du chien a aussi beaucoup changé en 20 ans.

• En effet, il y a 20 ans, la grande majorité des éducateurs et des dresseurs ne pratiquaient que selon des méthodes essentiellement coercitives (collier étrangleurs, contraintes physiques parfois maltraitantes) et avec une politique de domination du chien, en partant du principe qu’un chien qui n’obéit pas (tout problème de comportement pouvant alors être réduit à un problème d’obéissance) est dominant, la solution sera donc de le dominer pour en reprendre le contrôle.

• Progressivement, le terme dresseur est devenu politiquement incorrect et le terme d’éducateur est devenu prédominant. Par ailleurs, certains se sont plus intéressés aux problèmes de comportement qu’à l’éducation simple et se sont installés en tant que comportementaliste ou coach dans le but de mieux coacher les propriétaires pour mieux agir avec leur chien.

• L’utilisation de méthodes positives s’est de plus en plus répandue notamment par l’avènement du clicker training qui a fait rapidement des émules. Méthode quasiment magique dans certains cas, elle s’est opposée très rapidement aux méthodes coercitives dites « classiques ».

• Deux grands courants d’éducation canine se sont alors progressivement distingués : les éducateurs aux méthodes positives utilisant essentiellement la motivation et la récompense s’opposant et souvent de façon passionnelle aux éducateurs classiques prônant les méthodes contraignantes avec comme leitmotiv « la hiérarchie avant tout ». Depuis quelques années, cette bataille oppose de façon parfois caricaturale les « pro-hiérarchie » qui ne lisent le comportement d’un chien que via le prisme de la hiérarchie et les « anti-hiérarchie » qui estiment qu’il n’existe aucune hiérarchie entre l’homme et le chien.

Coté loisir…

Parallèlement, s’est développé un autre domaine dans le monde du comportement du chien : le sport canin, avec en premier lieu l’agility, mais aussi d’autres activités sportives comme le jumping, le canicross, le frisbee, le flyball ou encore l’obé-rythmée. Ces sports qui sont évidemment fondés sur la motivation et le plaisir (méthodes positives) concernent surtout les propriétaires de chiens actifs et sportifs comme le border collie, le Malinois, mais aussi le jack Russel. Chaque année, ces activités rassemblent de plus en plus d’adeptes qui deviennent de véritables passionnés.

En 20 ans, les approches comportementales ont donc considérablement évolué et se sont particulièrement diversifiées globalement pour le bénéfice de l’animal. Heureusement moins souvent considéré aujourd’hui comme un animal de compagnie qui doit être « maté », il est de plus en plus perçu comme un partenaire de vie qui ressent des émotions et a des besoins propres qu’il convient de respecter. Il devient même quand il pratique un sport canin avec son maître, un véritable médiateur voir un catalyseur social : il permet en effet aux personnes passionnées par ce type de loisir de se rencontrer et de se rassembler au sein de véritables petites communautés.

http://www.animalpsy.com/comportement-veterinaire-chien/100-le-monde-du-comportement-du-chien-en-france-quelle-evolution-en-20-ans
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
mitee
 
 
mitee

Féminin
Nb de messages : 33783
Age : 39
Localisation : sud 92
Emploi : Préparatrice en pharmacie et bisounours

Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty
MessageSujet: méthode méthodes clubs club éducateur éducatrice moniteur monitrice éducateurs tradi positif   Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 EmptyVen 29 Sep 2017 - 10:33

https://www.facebook.com/PositiveHappytude/?hc_ref=ARRRN0tMruhas_0nOjMOTN_2BTB6iBPcjodyXwh1VQ86k3fbSpaUxsRqwgnrZk1yiLY&fref=nf a écrit:
"Le manque d'activité, c'est le mal. Les activités, c'est le mal. Les jouets, le travail, c'est le mal. Ne rien faire aussi. Se balader en solo c'est le mal, mettre son chien avec whatmille autres, c'est le mal. Et si vous ne pensez pas la même chose, ou que vous faites autrement, vous êtes un mauvais maitre.
Comment voulez-vous que les gens s'y retrouvent....
Comment peut-on imaginer que ce qui est bon pour Kiki le bichon est aussi ce qui est bon pour Kaizer le rescue malinois ?! Ou pire, que ce qui est adapté à Kiki à 6 mois est à la virgule près la recette du bonheur pour Kiki 2 ans plus tard ? Comment peut-on crier à la mailtraitance si votre chien ne fait pas 80km par jour (lol), et selon une autre chapelle tout autant s'il pratique un sport canin ? Je suis désabusée de ce que je lis de droite à gauche sur le net.
Quand-est ce qu'on admettra que chaque chien a des besoins différents, et que pour s'épanouir physiquement ET mentalement ET émotionnellement certains devront éviter certaines activités mais que d'autres ne pourront pas s'en contenter ? Pourquoi jeter bébé avec l'eau du bain et empêcher des gens d'apprendre à doser, en fonction de l'individu qu'ils ont en face à l'instant t et dans cet environnement précis ? Certes ils vont faire des erreurs, et découvrir le "trop" et le "pas assez". Des fois ils vont se planter, parfois au détriment du chien. Mais ils en ont besoin pour apprendre. Et pour être meilleur avec le suivant.

S'enfermer dans un dogme, quel qu'il soit, en voulant faire rentrer son chien selon le moule de "bien-être du chien" vanté par sa chapelle, ne vous emmènera pas très loin. Le "bien-être" à rechercher, c'est avant tout celui de l'individu avec lequel vous vivez. C'est à vous d'adapter son quotidien à ses besoins, et tant pis si cela ne colle pas avec ce que tel gourou a dit.
Tous les borders ne deviennent pas hystériques au travail, tous les chiens en C ne sont pas faits pour sauter 20 obstacles en C, tous n'aiment pas la vie en meute, et tous les chiens ne sont pas non plus heureux avec des balades et des sprinklers.
C'était le pavé du jour 😜."
Signé "Loki Cooper "
et le maitre évolue aussi, ce qu'il était capable de faire y a 10 ans n'est peut etre plus ce qu'il veut faire maintenant...

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
u Pensez à utiliser la fonction "Chercher" en mode simple ou avancé . u
4 lettres mini et une étoile * si vous ne cherchez qu'une partie du mot.
Si le mot recherché ne fait que 3 lettres ou moins, passez par la fonction "Recherche Avancée" cliquez sur le bouton google.

Revenir en haut Aller en bas
http://miteeetpetronille.skyrock.com/
mitee
 
 
mitee

Féminin
Nb de messages : 33783
Age : 39
Localisation : sud 92
Emploi : Préparatrice en pharmacie et bisounours

Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)   Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 EmptyVen 18 Mai 2018 - 9:59

UP

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
u Pensez à utiliser la fonction "Chercher" en mode simple ou avancé . u
4 lettres mini et une étoile * si vous ne cherchez qu'une partie du mot.
Si le mot recherché ne fait que 3 lettres ou moins, passez par la fonction "Recherche Avancée" cliquez sur le bouton google.

Revenir en haut Aller en bas
http://miteeetpetronille.skyrock.com/
Invité
Invité
avatar


Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)   Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 EmptyVen 18 Mai 2018 - 11:23

Un article de 2017 qui pourrait vous intéresser :-) Il prend en compte 17 études  concernant la comparaison entre méthodes utilisant la P+ et méthodes ne l'utilisant pas , avec les effets sur le bien-être mais également l'efficacité :
Ziv, G., The Effects of Using Aversive Training Methods in Dogs – A Review, Journal of Veterinary Behavior (2017), doi: 10.1016/j.jveb.2017.02.004.
Voici le résume !
ABSTRACT
The purpose of this paper is to review a series of studies (N= 17) regarding the effects of using various methods when training dogs. The reviewed studies examined the differences between training methods (e.g., methods based on positive reinforcement, positive punishment, escape/avoidance, etc.) on a dog’s physiology, welfare, and behavior towards humans and other dogs. The reviewed studies included surveys, observational studies, and interventions. The results show that using aversive training methods (e.g., positive punishment and negative reinforcement) can jeopardize both the physical and mental health of dogs. In addition, while positive punishment can be effective, there is no evidence that it is more effective than positive reinforcement-based training. In fact, there is some evidence that the opposite is true. A few methodological concerns arose from the reviewed studies. Among them are small sample sizes, missing data on effect size, possible bias when coding behavior in observational studies, and the need to publish case reports of bodily damage caused by aversive training methods. In conclusion, those working with or handling dogs should rely on positive reinforcement methods,
and avoid using positive punishment and negative reinforcement as much as possible.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)   Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres) - Page 10 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Comparaison entre les méthodes d'éducation canine (traditionnelles vs positives ou autres)
Revenir en haut 
Page 10 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 Sujets similaires
-
» Guide en éducation canine dans le Cantal
» Choisir entre un filtre à sable et un filtre à cartouche
» paille ou fibre de bois ?
» Calamagrostis Eldorado
» Tissot Le Locle ou ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°°Le Forum de l'Education Canine & des Méthodes Positives & Amicales°° :: L'APPROCHE POSITIVE ET AMICALE :: * EDUCATION CANINE & COMPORTEMENT CANIN *-
Sauter vers: