°°L'Education Canine et les Méthodes Positives & Amicales°°


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Urgent, une FA (ou une adoption) pour Falco qui supporte mal la pension
par Phnix Aujourd'hui à 11:26

» Carte de localisation d'éducateurs canins travaillant en positif (France et pays limitrophes)
par anouschka21 Hier à 19:59

» Lèche les babines d'un autre chien
par MiMi&Pya Hier à 18:07

» Extrême urgence pour Kamo, FA ou adoptant, question de vie ou de mort
par Pomme Hier à 13:50

» travail a distance
par Cisco Sam 22 Juil 2017 - 23:27

» Association Regard Complice - Bretagne
par MiMi&Pya Sam 22 Juil 2017 - 10:17

» Vends Gilet sauvetage jaune
par Vuux Jeu 20 Juil 2017 - 22:24

» La méthode André Escafre
par OuiBonChien Jeu 20 Juil 2017 - 18:35

» BD éducative à destination des enfants
par mitee Jeu 20 Juil 2017 - 16:32

Sujets similaires
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Annonces

A propos du Forum

Nous tenons à préciser que ce forum a été créé dans le but de vous faire découvrir la possibilité d'une éducation utilisant une approche positive et respectueuse de votre chien.

Si vous avez des problèmes avec votre ou vos chiens, nous vous recommandons vivement de faire appel à un éducateur canin spécialisé en rééducation comportementale ou à un comportementaliste (utilisant le renforcement positif et aucun outil coercitif, cela va sans dire).

Les explications et conseils donnés sur ce forum ne sont là que pour vous orienter et vous informer des possibilités qui vous sont offertes pour éduquer votre compagnon à quatre pattes.

L'Equipe du Forum

Asso’ Bêtes de Scène


L'association « Bêtes de Scène » (association de protection animale de loi 1901) est située près de Bain de Bretagne (35).

Plus d'infos sur le site
CLICK!
& sur le forum
CLICK!


Partagez | 
 

 Théorie sur la dominance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
AuteurMessage
PowerUser
 
 


Nb de messages : 40997

MessageSujet: Re: Théorie sur la dominance   Ven 9 Oct 2015 - 16:06

Citation :
Aux adeptes de la théorie de la dominance .....

Quand votre chien dépend de vous pour manger.... il ne peut choisir ni le plat, ni le moment. Et s'il est pris à se servir, il est traité de voleur et risque la punition.

Quand votre chien dépend de vous pour boire....il doit vous attendre si sa gamelle d'eau est vide.
Quand votre chien dépend de vous pour uriner ..... pas le droit de faire ses besoins quand il veut ni où il veut. Et s'il y a un " accident" c'est la fin du monde ! Dans mes futures formations d'ailleurs, je vais interdire les maîtres de sortir toute la journée.....

Quand votre chien dépend de vous pour sortir..... il n'est pas libre d'aller où il veut et doit en plus supporter une attache ( je sais c'est pour sa sécurité, mais...). Il n'a pas le droit de marcher à son rythme parfois, ni de renifler, faute de sanction ( coup de collier au minimum).

Quand votre chien doit dormir où vous le voulez, qu'il n'a pas le droit de choisir son endroit, sous peine parfois de sanction. Il doit être dehors si vous le décider, même s'il n'a qu'une envie d'être au chaud sur son coussin, ou le contraire d'ailleurs.

cela me fait clairement penser à des conditions .... d'esclave.

Alors, en terme de dominance.... cela suffit peut-être comme dominance !

Vouloir en plus imposer votre volonté par la force et la contrainte relève de l'abus de pouvoir, voir de la satisfaction de soumettre......

https://www.facebook.com/corinne.martin.779/posts/833221226713409?fref=nf
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 


Nb de messages : 40997

MessageSujet: Re: Théorie sur la dominance   Mer 9 Déc 2015 - 16:05

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 40997
Age : 41
Localisation : La galaxie
Emploi : Je s'appelle Groot!

MessageSujet: Re: Théorie sur la dominance   Sam 20 Fév 2016 - 17:42


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Mimi&Pya a écrit:
Gagner la confiance plutôt qu'exiger le respect!

Je s'appelle PowerUser! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 40997
Age : 41
Localisation : La galaxie
Emploi : Je s'appelle Groot!

MessageSujet: Re: Théorie sur la dominance   Mer 17 Aoû 2016 - 16:19

Article trouvé par Pomme!

Citation :
Idiotismes animaliers
Les meutes de loups n’ont pas de chef

15 août 2016 |Nic Ulmi - Le Temps

Nous terminons cette série estivale dans laquelle nos collègues du «Temps» se penchent sur la zoologie hasardeuse que les humains utilisent pour parler d’eux-mêmes. Dans le dernier de cinq articles, on s’interroge : un mâle domine-t-il vraiment la société des loups, image idéale du leadership humain ?

Ayant passé treize étés à observer une meute sur l’île d’Ellesmere, au Canada, le zoologiste états-unien L. David Mech fait, en 1999, une déclaration dont le ton penaud cache des implications fracassantes pour le petit monde des experts en loups. « On s’est trompés », dit-il, en gros, dans un article intitulé « Alpha Status, Dominance, and Division of Labor in Wolf Packs », publié dans le Canadian Journal of Zoology : les individus alpha, censés dominer le groupe à l’issue d’un processus de compétition, n’existent pas. Pas comme on le croyait, en tout cas.

Flash-back : on est en 1947. Le Bâlois Rudolf Schenkel publie, dans la revue Behaviour, un article intitulé « Ausdrucks-Studien an Wölfen : Gefangenschafts-Beobachtungen ». Pionnier de ce qu’il appelle la « sociologie des loups », le zoologiste décrit la compétition et la dominance au sein de la meute, introduisant l’expression « animal alpha ». Vingt ans plus tard, L. David Mech reprend l’idée, l’amplifie par ses propres observations et vulgarise le tout dans un livre intitulé The Wolf : The Ecology and Behavior of an Endangered Species (1970), qui devient un best-seller.

La notion de « mâle alpha » est ainsi prête à l’emploi dans la culture générale, qui l’adopte avec enthousiasme, oubliant au passage que Schenkel parlait d’un couple dominant, et pas seulement d’un mâle… Quoi qu’il en soit, le « loup alpha » inspire des réflexions sur le leadership en entreprise, devient un modèle de programmation algorithmique (Grey Wolf Optimizer), s’invite dans la psychologie des religions lorsque le psychiatre texan Hector A. Garcia invente la notion d’« Alpha God » (2015) pour décrire la manière dont les sociétés monothéistes imaginent leur dieu.

Une histoire de famille

Le hic ? Mech le dévoile en 1999 : à l’image de Schenkel qui observait les loups du zoo de Bâle, « la plupart des études sur la dynamique sociale des meutes de loups ont été conduites sur des regroupements artificiels d’animaux en captivité ». Mech lui-même a observé des loups en liberté, mais, comme cela arrive souvent, il a vu ce qu’il avait lu chez Schenkel plutôt que ce qu’il avait sous les yeux. À l’état sauvage, explique-t-il, le « couple alpha » est en réalité un couple parental, dont le reste du groupe est la progéniture : « la meute de loups typique est une famille ».Exit le modèle classique de la dominance animale. Qui, à vrai dire, avait déjà été ébranlé trente ans plus tôt.

Re-flash-back. On est au début des années 1960. La primatologue britannique Thelma Rowell publie une série d’études basées sur ses observations chez les babouins de la forêt d’Ishasha, en Ouganda. Signes particuliers : ces singes, membres d’une espèce réputée belliqueuse et hiérarchique, « ne connaissaient pas la hiérarchie ». Mieux : « une atmosphère paisible règne dans la troupe, les agressions sont rares et les mâles semblent beaucoup plus attentifs à coopérer qu’à entretenir la compétition », rapporte la philosophe des sciences belge Vinciane Despret, qui reprend et développe les études de Thelma Rowell dans son livre Que diraient les animaux si on leur posait les bonnes questions ? (2012). Encore plus étonnant, « il ne semble pas y avoir de hiérarchie entre mâles et femelles ».

Babouins et management

Perturbés par ce constat, les confrères de la primatologue suggèrent que les « extravagances babouines d’Ishasha » doivent être dues à des « circonstances écologiques exceptionnelles » : cette forêt, disent-ils, est un « véritable paradis terrestre avec ses arbres offrant abris contre les prédateurs, sites de sommeil et, surtout, abondance de nourriture »… Mais Thelma Rowell a une autre explication. Analysant les études menées jusque-là sur les babouins, elle découvre que les résultats se classent en trois types : d’un côté, « des animaux qui visiblement ne sont pas très intéressés par la hiérarchie » ; pour ceux-ci, les primatologues ont forgé le concept étonnant d’une « dominance latente », c’est-à-dire invisible.

Viennent ensuite les études en captivité : c’est en observant les babouins du zoo de Londres que le zoologiste Solly Zuckermann a élaboré la théorie de la dominance, à la fin des années 1920. L’histoire de cette colonie est un cauchemar simiesque : 110 babouins, essentiellement mâles, sont rassemblés dans un enclos ; une trentaine sont tués par leurs congénères en l’espace de six mois ; les effectifs sont alors renfloués en ajoutant une trentaine de femelles, et les bagarres redoublent en intensité. Moralité ? Zuckermann croit voir là un comportement naturel, alors qu’il observe la pagaille que le zoo lui-même a créée… Le dernier type d’études identifié par Thelma Rowell est basé sur des observations faites en nature, mais « les chercheurs ont nourri les animaux pour les attirer » : ces bouchées balancées aux singes suscitent une compétition et font émerger une hiérarchie qui jusque-là n’existait pas. Il s’agit là de ce que les scientifiques appellent un « artéfact » : un phénomène qu’on observe parce qu’on l’a créé.

Aujourd’hui, les primatologues (et les « loupologues », si on ose) savent que la théorie classique de la dominance est périmée. Mais qu’importe ? Maintenu en vie par des ouvrages de management tels que Corporate Plasticity (2014), qui consacre un chapitre aux « meutes de loups : culture, esprit, leadership », l’« animal alpha » continue à rôder dans les limbes des concepts zombies — les idées mortes-vivantes qui grignotent nos cerveaux.

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/477728/idiotismes-animaliers-y-a-t-il-un-male-alpha-dans-la-meute-de-loups

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Mimi&Pya a écrit:
Gagner la confiance plutôt qu'exiger le respect!

Je s'appelle PowerUser! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
avatar

Féminin
Nb de messages : 40997
Age : 41
Localisation : La galaxie
Emploi : Je s'appelle Groot!

MessageSujet: Re: Théorie sur la dominance   Mer 22 Fév 2017 - 13:15

Citation :
La planète des chiens
ECC·mercredi 26 octobre 2016

Aujourd’hui, il reste quelques réfractaires, quelques personnes qui s’engluent dans leurs croyances et méthodes archaïques, qui chaussent les œillères le matin au réveil, pour ne les retirer que le soir au coucher, lorsqu’ils les retirent…

Tout le problème est là d’ailleurs, ces vieilles croyances impliquent de dominer le chien, avant que ce soit lui qui le fasse, avant qu’il prenne le dessus. Ce postulat n’est jamais remis en cause, il est pour eux une vérité absolue, si le chien ne se couche pas, s’il refuse d’obéir, s’il est agressif, c’est qu’il cherche à dominer, à devenir le chef de meute… Cette méconnaissance pourrait être risible si elle n’engendrait pas tant d’incompréhension, de geste déplacés, provocateurs et générateurs de résignation dans le meilleur des cas, ou d’agressivité dans le pire (latente ou pas).

Le schéma est toujours le même, ridiculement immuable, figé dans le marbre, et ses caractéristiques sont les suivantes.

Absence de réflexion :

Chez ces gens là, la réflexion semble ne pas exister, il s’agit de traiter des symptômes, de faire disparaître un comportement, une réaction, sans à aucun moment imaginer que ce symptôme a évidemment une cause. Il s’agit de régler un problème au plus vite, de manière mécanique, par des gestes appris, méthodiquement, en occultant plus ou moins volontairement que la cause de ce problème est toujours là.

Manipulation :

Lorsqu’on voit que certains n’ont encore pas compris qu’apprendre le « assis » à un chien peut se faire sans le toucher, sans avoir à écraser son arrière-train de la main gauche et retenir les épaules de la main droite par exemple, on se dit qu’il y a du mal de fait, et que le chemin sera long. Et il s’agit déjà de méthodes coercitives, il s’agit déjà d’utiliser le renforcement négatif.

Absence de communication :

Tout est fait avec une laisse, ou les mains, il s’agit de manipuler le corps du chien, de le modeler, de le retenir, ou même régulièrement de le violenter, sans admettre une seule seconde qu’une véritable communication visuelle doit être le point de départ de chaque intervention, par une gestuelle adaptée, par des déplacements adaptés, horizontaux comme verticaux, par l’utilisation de signaux connus par la quasi totalité des chiens, et également par l’absence de déplacement ou de geste, lorsque la situation le demande. Non, dans le travail de ces gens, on commence par accrocher une laisse, parce tout passe par là, et si tout passe par là, c’est tout simplement parce qu’il n’y a rien d’autre.

Coercition :

Ces gestes on les reconnaît, parce qu’ils sont très connus, on renifle à dix kilomètres leurs origines, la position de ninja à moitié accroupi façon Cesar Millan, une main à plat sur la laisse, un regard fixe braqué sur les yeux du chien, ou encore la façon qu’ont certains d’envoyer de grand coups de laisse lorsque le chien tire, ou de le pendre dès qu’il a un comportement « inadapté », comme on l’enseigne encore dans au moins un lycée français (reste à savoir qui a formé ces enseignants…)

Provoquer, chercher le conflit :

La férocité avant tout, chercher le conflit avant toute chose, afin dans un premier temps de déclencher LA réaction agressive qui prouvera la dangerosité du chien, donc qui légitimera l’emploi de toute la batterie habituelle de gestes violents, et évidemment qui légitimera l’utilisation de la douleur comme outil de travail. Le nombre de vidéos sur lesquelles le chien n’a aucun geste d’agressivité en début de séance, mais qui envoie les dents après cinq ou dix minutes de provocations est incalculable.

Extrapoler et/ou transformer la vérité dans un but purement commercial :

Selon eux, les gens qui travaillent avec des méthodes respectueuses :

Sont des distributeurs de nourriture : faux
Rendent les chiens obèses : faux
Ne fixent aucune règle : faux
Ne disent jamais non : faux
Ont une vision anthropomorphique du chien : faux
Ne peuvent pas faire de rééducation : faux
Ne peuvent pas traiter les cas d’agressivité : faux

Personnellement, j’ai fait comme beaucoup, j’ai commencer par aller bêtement vers les idées les plus simples, groupe de chien = meute = alpha > bêta > … > Omega. En quelques mois, un an, deux ans peut-être, je me suis rendu compte que rien ne collait, qu’il fallait trouver des explications, que ce modèle n’existait pas, qu’il était totalement fantasmé, alors j’ai tout remis en cause, tout. Pour cela, il fallait d’abord pouvoir observer, donc vivre avec des chiens, pas fermer le box ou le chenil à clé tous les soirs comme une majorité le fait, vivre avec vraiment, puis rencontrer des professionnels, lire, étudier, et enfin accepter de m’être planté, comme d’autres l’ont accepté bien avant moi, concernant le chien, et même concernant le loup.

Ceci étant admis, j’ai proscrit la coercition, le conflit, les provocations et au maximum les manipulations physiques, pour laisser la place à la réflexion, à la communication et à la collaboration. Aucun chien ne cherche à dominer, il peut « se battre » pour une ressource, ponctuellement, il peut avoir peur, il peut être traumatisé, il peut être conditionné, il peut être malade, mais il faut bien être conscient qu’en vivant avec une dizaine de chien depuis une petite dizaine d’années, en en ayant côtoyé des dizaines au quotidien, si leur objectif était celui-ci, il y a longtemps que ce serait fait, ils sont plus rapides, plus endurants et potentiellement plus dangereux que nous.

Il va falloir se mettre dans la tête que la planète des singes est une fiction, calmez-vous les artistes, il n’y aura jamais de planète des chiens.

La planète des chiens ?

Mon côté naturellement optimiste me pousse d’abord à penser que cette façon d’appréhender le chien est sur le point de disparaître, puis le réalisme qui me caractérise me laisse entendre qu’il n’y a rien à faire, que cette lutte et vaine.

Face à une situation, voici la question que chacune de ces personnes devrait se poser :
« Existe-t-il dans ce cas une alternative respectueuse ? »

Le problème est que cette question, aucun ne se la pose, et aucun ne se la posera jamais, parce qu’il est trop confortable de se complaire dans ce genre de paresse intellectuelle, parce qu’évoluer demande une remise en cause, trop douloureuse pour l’ego de certains, ou trop difficile pour le niveau cérébral des autres.

https://www.facebook.com/notes/ecc/la-plan%C3%A8te-des-chiens/1686162575032504

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Mimi&Pya a écrit:
Gagner la confiance plutôt qu'exiger le respect!

Je s'appelle PowerUser! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Théorie sur la dominance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Théorie sur la dominance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
 Sujets similaires
-
» La théorie du mouton
» Le panaché (Théorie de T. Martins)
» pratique et théorie du blindage electromagnétique
» théorie de l'horlogerie
» Actu: THÉORIE ASTROPHYSIQUE- Et si le temps disparaissait ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°°L'Education Canine et les Méthodes Positives & Amicales°° :: L'APPROCHE POSITIVE ET AMICALE :: * EDUCATION CANINE & COMPORTEMENT CANIN *-
Sauter vers: