°°Le Forum de l'Education Canine & des Méthodes Positives & Amicales°°


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Prédation sur animaux, instinct de chasse
L'inné et l'acquis Emptypar EnergieSolaire Hier à 20:52

» stage "gestion de la réactivité et de l'agressivité au quotidien" 2-3 mai 2020 Valleiry 74
L'inné et l'acquis Emptypar Poupoune Hier à 19:25

» Formation comportementaliste/éducateur canin BELGIQUE
L'inné et l'acquis Emptypar Endeless Hier à 19:05

» Possessivité/défense des ressources
L'inné et l'acquis Emptypar philo Hier à 10:47

» Eviter les jeux de lancer de balle, de bâton ou de pouic-pouic: pourquoi?
L'inné et l'acquis Emptypar Manoon Hier à 8:07

» Court après les voitures
L'inné et l'acquis Emptypar philo Lun 18 Nov 2019 - 19:39

» VAE pour BP Educateur Canin ?
L'inné et l'acquis Emptypar Manoon Lun 18 Nov 2019 - 9:00

» Les races à nez fendu
L'inné et l'acquis Emptypar Ptit'LU Lun 18 Nov 2019 - 0:32

» Zen-O-Vet: le comportement... vu par la science!
L'inné et l'acquis Emptypar Kaïnate Ven 15 Nov 2019 - 22:41

Sujets similaires
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Annonces

A propos du Forum

Nous tenons à préciser que ce forum a été créé dans le but de vous faire découvrir la possibilité d'une éducation utilisant une approche positive et respectueuse de votre chien.

Si vous avez des problèmes avec votre ou vos chiens, nous vous recommandons vivement de faire appel à un éducateur canin spécialisé en rééducation comportementale ou à un comportementaliste (utilisant le renforcement positif et aucun outil coercitif, cela va sans dire).

Les explications et conseils donnés sur ce forum ne sont là que pour vous orienter et vous informer des possibilités qui vous sont offertes pour éduquer votre compagnon à quatre pattes.

L'Equipe du Forum

Asso’ Bêtes de Scène

L'inné et l'acquis Bds-lo10
L'association « Bêtes de Scène » (association de protection animale de loi 1901) est située près de Bain de Bretagne (35).

Plus d'infos sur le site
CLICK!
& sur le forum
CLICK!


Partagez
 

 L'inné et l'acquis

Aller en bas 
AuteurMessage
PowerUser
 
 
PowerUser

Féminin
Nb de messages : 44319
Age : 43
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis EmptyLun 9 Nov 2015 - 23:41

Je suis étonnée qu'il n'y ait pas encore de sujet d'ouvert à ce propos...

C'est chose faite! u

Citation :
la part inné-acquis dans les comportements.

   Les comportements innés.
   Comment distinguer la part innée d'un comportement de la part acquise?
   Un exemple de comportement inné: les taxies.
   Les comportements acquis.

L'éthologie est l'étude des comportements des animaux, et par extension, des humains, dans la mesure où, pour l'éthologue, l'être humain est un animal comme les autres.

Tous les comportements ont pour base une mécanique physiologique: les sens (organes sensoriels), le système nerveux, l'endocrine (les hormones). Les comportements vont affecter des formes différentes en fonction du milieu, des saisons, des besoins (stimuli internes), de l'âge, des expériences antérieures et de l'état physiologique du sujet.
Tous les comportements ont un double déterminisme (on pourrait dire: de doubles causes, en simplifiant):

   les stimulations internes (ou endogènes), c'est tout ce qui est physiologique comme les hormones ou l'appétit.
   les stimulations externes (ou exogènes), c'est tout ce qui vient de l'environnement de l'animal comme les congénères (individus de la même espèce) ou une bonne proie.

Mais surtout, les comportements se distinguent en deux grands domaines éthologiques:

   la partie innée, qui dépend du patrimoine héréditaire de l'espèce, les comportements inscrits dans les gènes, ce qu'on appelle l'instinct.
   la partie acquise, qui est le résultat de l'expérience, de l'apprentissage individuel, les comportements intelligents, de raisonnement, et ce qu'on appelle les réflexes conditionnés.

Il ne faut jamais perdre de vue que dans la plupart des cas, inné et acquis sont étroitement imbriqués dans les comportements que l'on peut observer.
 
Les comportements innés.

Un comportement inné est un comportement qui se retrouve chez tous les individus de la même espèce. On parle aussi de comportement instinctif.
Les comportements instinctifs sont traditionnellement opposés aux comportements acquis.
On parle parfois de comportements instinctifs de manière impropre ou abusive, comme dans le cas du freinage d'urgence en voiture: il s'agit bien d'un réflexe, mais d'un réflexe conditionné, fruit d'un apprentissage (sinon, tante Agathe n'aurait pas eu besoin d'aller à l'auto-école de son quartier, et quand elle conduit, on sent très bien que la maîtrise de son véhicule n'est pas inscrite dans ses gènes!).

Les comportements instinctifs sont donc des comportements innés, c'est à dire déterminés génétiquement et qui ne nécessite pas d'apprentissage préalables. PP GRASSE définit ainsi les comportements instinctifs:

   *L'instinct est la faculté inné d'accomplir, sans apprentissage préalable et en toute perfection, certains actes spécifiques sous certaines conditions du milieu extérieur et de l'état physiologique de l'individu.*

Pour illustrer, prenons l'exemple du "programme" de prédation du crapaud: "ce qui bouge est bon à manger".
Si vous coincez un crapaud, vous pourrez observer la chose suivante:
Si vous posez une belle grosse mouche morte devant lui, vous n'obtiendrez aucune réaction.
Agitez sous son nez un leurre quelconque (comme un bout de papier au bout d'un fil en nylon), vous avez de fortes chances de le voir se jeter avidement dessus afin de le gober... enfin, s'il a faim! Sinon, vous aurez juste l'air ridicule à agiter votre bout de papier devant un crapaud totalement indifférent.
Par contre, votre crapaud, avec l'expérience, peut finir par apprendre qu'un bout de papier agité au bout d'un fil de nylon est quelque chose qui n'est pas bon à manger, et finir par ignorer le leurre même s'il a faim.

Ainsi, le crapaud a un comportement de prédation inné: ce qui bouge est bon à manger, le reste, non.

Cependant, par l'expérience, il peut développer un comportement acquis: tout ce qui bouge n'est pas forcément bon à manger. C'est par apprentissage qu'il sera capable de discriminer (faire la différence) entre le comestible et le non comestible.

Comment distinguer la part innée d'un comportement de la part acquise?

Prenons un comportement relativement complexe: la nidification (aménager son intérieur, en quelque sorte, voire le construire).
On fit une expérience sur le tisserin à capuchon (Ploceus cucullatus) ou tisserin africain, un petit oiseau dont les techniques de construction de nid sont particulièrement complexes. Cet oiseau construit un nid en forme de bourse, en fibres végétales tissées de manière élaborée, attaché par un lien noué de façon particulière.

On prit des oeufs de tisserins et on les fit couver par des canaris. Les jeunes ainsi élevés étaient privés de tous moyens de construire leur propre nid et furent placés dans des nids préfabriqués. L'expérience se poursuivit durant 4 générations.
La dernière génération fut replacée dans son milieu naturel. Et à l'époque de la nidation, les jeunes construisirent un nid typique de tisserin, sans jamais avoir pu développer cette compétence par l'apprentissage ou l'imitation auprès des parents. Cependant, on pu constater que ses oiseaux étaient moins habiles que des tisserins témoins, plus lents, moins soigneux, mais leur travail s'améliora par l'expérience, sans toutefois jamais atteindre l'habileté des tisserins élevés par leur parents.

Ce que nous apprend cette expérience:

   Le comportement de nidification de ces oiseaux est inné, car ne nécessitant aucun apprentissage.
   La forme et les matériaux choisis pour construire le nid sont également innés.
   Par contre, l'habileté à la construction dépend partiellement de l'apprentissage et de l'expérience, c'est une aptitude en partie acquise.

En général, tous les oiseaux ont une aptitude d'adaptation des modalités de construction du nid traditionnel comme, par exemple, en fonction des modification du milieu (variation des matériaux). Si la nidification est un comportement à forte composante innée, il reste une possibilité d'adaptation par l'apprentissage et l'expérience.

A travers cet exemple, nous venons de voir de quelle manière, expérimentalement, on peut distinguer la part acquise de la part innée dans un comportement. En règle générale, il suffit d'isoler un ou plusieurs jeunes de tout représentant adulte de son espèce (ce qui élimine, de fait, toute possibilité d'apprentissage, que ce soit par imitation ou par éducation parentale) et d'observer dans quelle mesure les sujets peuvent ou non reproduire le comportement étudié.

Il est également intéressant de souligner, qu'en règle générale, la plupart des comportements innés sont améliorables par l'apprentissage et/ou l'expérience.

Un exemple de comportements innés: les taxies

Dans les comportements innés, les réactions les plus parlantes sont les tropismes et les taxies.

Les tropismes peuvent se définir de la façon suivante:

   * Ce sont des réponses d'organismes entiers, de véritables comportements, fait de mouvement d'orientation, souvent, aussi de locomotion, déclenchés et entretenus par des agents physiques ou chimiques externes (lumière, électricité, pesanteur, chaleur, substances chimiques diffusant dans le milieu, etc.*

Plus simplement, les tropismes sont des réactions comportementales à des stimulations du milieu. L'idée de tropisme s'applique aussi bien aux animaux qu'aux plantes:

Les tournesols (héliotropes!), que l'on voit dans les champs au coeur de l'été, sont caractérisés par leur héliotropisme, c'est à dire leur manière d'orienter leur corolle vers le soleil, à toute heure de la journée.

Cependant, il est difficile de désigner ce comportement d'orientation chez les plantes, dépourvues de tout système nerveux (ce qu'on appelle la vie végétative!) avec le même terme que pour des comportements observés chez les animaux. C'est ainsi que l'on fait la distinction entre tropisme, terme général qui s'applique plutôt aux plantes et les taxies, mot qui désigne le même phénomènes, mais exclusivement chez les animaux.

   Les taxies sont donc des réponses orientées et obligatoires d'un organisme animal à un stimulus déclencheur externe.
   Les taxies peuvent pousser l'animal à s'approcher de la source de stimulation (on parle alors de taxie positives) ou à s'en éloigner (les taxies négatives).
   Parler de taxies positives ou négatives ne s'appliques pas aux effets du comportement induit.

Vous pouvez observer un type de taxie positive assez facilement les soirs d'été.
Les soirs d'été, quand la nuit est tombée, il vous arrive fréquemment d'avoir simultanément la fenêtre ouverte et la lumière allumée. Vous êtes alors envahis par des myriades d'insectes nocturnes qui s'agglutinent inévitablement autour des ampoules allumées et, comme le dit l'adage populaire, "s'y brûlent les ailes". Vous êtes alors l'observateur de comportement taxiques positifs résultant de la phototaxie qui est le fait d'être attiré par la lumière. C'est un comportement instinctif, qui pousse, dans ce cas précis, l'animal à se rapprocher de la source lumineuse, malgré le danger mortel que cela lui fait courir.

A l'inverse, les habitants de la région parisienne, dont un nombre important se voit dans l'obligation de cohabiter avec les blattes (cafards), peuvent observer, quand ils rentrent chez eux dans la nuit, que le simple fait d'allumer la lumière met en déroute une armée de ces charmants colocataires, qui courent se réfugier dans les coins obscurs de l'habitation. On dit alors que les blattes sont lucifuges, c'est à dire qu'elles fuient la lumière: il s'agit d'une phototaxie négative. Les blattes sont aussi hygrotropiques, elles se dirigent en priorité dans des zones jouissant d'une humidité susceptible de leur convenir, et thermotropiques, elles recherchent une chaleur suffisante. En fait, instinctivement, les blattes cherchent à vivre dans un milieu dont les caractéristiques "climatiques" sont très proches de leur milieu naturel d'origine: les zones tropicales de la planète.
Ces connaissances éthologiques des blattes vous permettent de savoir à coup sûr d'où il faut chercher à les déloger: dans les recoins sombres, humides et chauds de votre appartement, comme sous l'évier, la baignoire, derrière le réfrigérateur... etc. Chez la blatte "domestique", la colonisation de certains secteurs précis de votre logement est le résultat de la somme de plusieurs taxies. L'élection, à travers un comportement inné, du milieu le plus approprié au mode vie de cet insecte, est favorable à l'espèce, lui épargnant du même coup, la recherche fastidieuse de l'habitat sur le mode actif ou conscient. L'inconvénient, c'est que ce comportement est prévisible pour vous, le prédateur "naturel" de la blatte et vous permet de localiser avec précision les zones où il vous faudra frapper si votre sens de la propriété est plutôt individualiste.

   *Pour vous récompenser de votre fidélité, tante Agathe a suggéré de mettre à votre disposition une page bonus, sur la manière dont vous pouvez mener une opération anti-blattes si le besoin s'en faisait sentir chez vous.
   Ainsi, nous vous proposons de découvrir une application pratique de l'éthologie!*

Nous pouvons  retenir que les taxies peuvent se classer selon les les stimuli-déclencheurs qui sont à la source de la réponse comportementale:

   la phototaxie: réaction à la lumière.
   la phonotaxie: orientation en fonction d'une source sonore. Ainsi, le criquet est doté d'un appareil auditif particulièrement performant qui permet, en période de reproduction, à la femelle de reconnaître les stridulations d'un mâle de même espèce et d'y répondre par phonotaxie positive, c'est à dire en s'approchant de la source sonore.
   la géotaxie: générée par le sens de la pesanteur, les animaux ayant tendance à se diriger vers ou contre le sens de la pesanteur.
   l'hygrotropisme: recherche de la région dont l'humidité convient le mieux à l'animal
   les chimiotaxies: elles déclenchent des réactions très variées et sont souvent impliquées dans le déclenchement de comportements de reproduction ou de nutrition. Il s'agit des comportements induits par la détection de substances chimiques (comme les hormones) dissoutes dans le milieu ambiant (air ou eau). Le comportement le plus connu de chimiotaxie est celui du Bombyx du mûrier (Bombyx mori), sensible à des doses infinitésimales de bombycol, substance sécrétée par la femelle vierge et qu'il peut détecter à plusieurs kilomètres de distance. Une seule molécule de bombycol suffit à exciter les récepteurs olfactifs des antennes du bombyx mâle et à déclencher le comportement de localisation de la femelle.
   le thermotropisme: orientation en fonction de la température la mieux adaptée.
   le galvanotropisme: orientation en fonction d'un champ électrique
   le rhéotropisme: recherche des courants d'eau rapides, comme chez les truites en eau vive.
   le halotropisme: recherche des eaux salées, comme chez les anguilles à maturité sexuelle.

La part des taxies et des tropismes dans les comportements d'une espèce, dépendent du niveau de développement psychique de cette espèce. C'est à dire que les comportements instinctifs jouent un plus grand rôle dans les espèces à faible développement psychique que chez les Animaux supérieurs.

Les comportements acquis

Comme nous l'avons vu dans le chapitre consacré à la biologie du comportement, la part de l'acquis dans le comportement d'un animal augmente, au fur et à mesure que cet animal est doté d'un plus fort développement psychique, c'est à dire d'un système nerveux central (SNC) complexe.

   L'acquis est le produit des informations , des apprentissages et des expériences, acquis durant l'ontogenèse, qui sont stockées dans la mémoire individuelle et qui influenceront les comportements ultérieurs.

Les comportements acquis permettent  à l'individu de s'adapter rapidement aux changements de l'environnement de l'espèce. Cependant, les aptitudes d'apprentissage d'une espèce, sa plasticité, sont, elles, déterminées de manière innée, elles sont inscrites dans son patrimoine génétique.

On distingue plusieurs formes d'apprentissage:

   Le mode le plus courant d'apprentissage en milieu naturel se fait selon la méthode dite de "essai-erreur". C'est un apprentissage qui résulte d'une action ou d'une situation de type accidentel. C'est probablement par ce type d'apprentissage que les mésanges charbonnières et les mésanges bleues de Grande-Bretagne, sont parvenues à intégrer le lait dans leur alimentation courante. En effet, ces animaux ont appris à percer la capsule des bouteilles de lait qui sont traditionnellement déposées le matin à la porte des maisons.
   L'imitation est aussi une forme très répandue d'apprentissage, bien qu'elle soit circonscrite aux espèces disposant d'un système nerveux central suffisamment complexe, comme les Mammifères et plus particulièrement chez les Primates.

       C'est ainsi, que sur l'île de Koshima, les biologistes japonais modifièrent le comportement alimentaire de la colonie de macaques (Macaca Fuscata) qui vivait là. Ils jetèrent des patates douces sur la plage, qui n'est pas un territoire coutumier de ces animaux. L'un d'entre eux, Imo, âgé de deux ans, commença à laver les patates douces dans l'eau de mer avant de les manger. Les autres singes de la colonie finirent, par imitation, par reproduire le même comportement alimentaire. il est intéressant de noter que cette colonie finit par prendre possession de ce nouvel habitat, le bord de mer, et y acquirent de nouveaux comportements adaptés à ce nouveau milieu, comme la nage, la découverte et le traitement innovateur de nouvelles sources de nourriture.

   Le cas des macaques japonais nous renvoie à une autre forme d'apprentissage, par tradition, ce qui est une forme de proto-culture. En effet, les jeunes femelles qui imitèrent le comportement alimentaire de Imo, le transmirent, une fois adultes, à leurs petits, ce qui fait, qu'au fil des générations, ce comportement devint commun à tout le groupe.

http://www.ethologie.info/Etho-logique/Etho1.php

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
L'inné et l'acquis Grumpy-cat-01L'inné et l'acquis Ocd_grumpy_cat_by_linai-d6cqykpL'inné et l'acquis 3b965034881fb4956e7b1074a6ebd59b--grumpy-cat-cartoon-cat-cartoonsL'inné et l'acquis 87e19bb336784685fb937b4b8e5c7202
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
PowerUser

Féminin
Nb de messages : 44319
Age : 43
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: Re: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis EmptyLun 9 Nov 2015 - 23:47


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
L'inné et l'acquis Grumpy-cat-01L'inné et l'acquis Ocd_grumpy_cat_by_linai-d6cqykpL'inné et l'acquis 3b965034881fb4956e7b1074a6ebd59b--grumpy-cat-cartoon-cat-cartoonsL'inné et l'acquis 87e19bb336784685fb937b4b8e5c7202
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
PowerUser

Féminin
Nb de messages : 44319
Age : 43
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: Re: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis EmptyLun 9 Nov 2015 - 23:48

Citation :
19/04/2014 : Comportement acquis, comportement inné

Lorsqu’on parle de comportement, on parle des actions effectuées par un individu. [1] Ces comportements peuvent être appris (exemple : s’asseoir sur commande) et nous parlons alors de comportement acquis. Mais il y a aussi des comportements innés, le chiot né avec un certain panel de comportements. [2]

En terme de reproduction, la sélection des parents est donc très importante … A la fois, parce qu’ils transmettent une part de leurs comportements et parce que la mère apprend à ses petits les premiers comportements acquis. Une mère immature, stressée, contrainte lors de la reproduction, [...] peut ne pas fournir une éducation correcte à ses chiots et leurs “transmettre” de véritables troubles du comportement.

Néanmoins, il est un peu inexacte d’opposer les comportements acquis aux comportements innés. L’apprentissage peut faire évoluer ces comportements innés. L’un de ces comportements évoluant par l’apprentissage le plus souvent cités est la prédation chez le crapaud. Un crapaud mange ce qui bouge. Si ça ne bouge pas, ça ne se mange pas. Tout ceci est inné. Si l’on agite un bout de papier devant un crapaud et qu’il a faim, il chasse le bout de papier. Mais le papier ne se mange pas et à force, par l’expérience, le crapaud apprend à le différencier et à ne plus y réagir. [4]

Mais les scientifiques ont également découvert qu’un comportement appris peut-être transmit génétiquement. [3][8] Des souris soumises au stress ont perdu leur crainte naturelle des espaces ouverts et de la lumière. Leurs descendances présentent le même comportement, sans vivre dans un environnement stressant et sans apprentissage particulier.

On pourrait noter parmi ces évolutions du comportement grâce à l’hérédité l’apprivoisement d’une espèce. Un véritable article pourrait être consacré à l’évolution des renards de Beliaïev mais pour faire bref : en sélectionnant durant des années les renards les plus amicaux, au fil des générations le comportement des renards à évoluer de façon spectaculaire. Au lieu de se jeter sur les grilles en cherchant à fuir la main humaine, ils cherchaient le contact. [5][6]

Par l’environnement et l’apprentissage, les comportements évoluent… Peut-on chiffrer la part d’acquis et la part d’inné ? Personnellement, j’ai beaucoup de mal à y croire … pour une raison toute bête : l’animal né avec des comportements innés, cette “quantité” n’évolue pas. Les apprentissages peuvent se dérouler tout au long de la vie … La “quantité” de comportement acquis n’est pas fixe. Elle ne peut pas l’être, de chaque expérience peut naître un apprentissage. En général, on dit que le comportement serait composé de 20% d’inné et de 80% d’acquis.[7] Je reste donc relativement dubitative, mais surtout, au delà du débat de mot, du débat de définition, les applications autour de cette “règle” sont relativement pauvres. Pour moi, cela se limite quasiment à une seule idée : peut-on travailler sur un comportement que l’on estime inné, génétique, héréditaire ? Au risque de passer pour une terrible optimiste, voici mon opinion : la maîtrise de l’environnement permet de faire des progrès dans beaucoup de domaine très différent. Seul l’imagination et le temps nous limitent … Du temps, de l’imagination et beaucoup de volonté peuvent permettre de faire des choses étonnantes. Je refuse de croire en une impossibilité d’évolution. Après tout, pour la survie d’une espèce, les apprentissages, les évolutions, les adaptations doivent être possible …

Cet optimisme a tendance à se ressentir sur ma façon d’aborder les chiens. Je travaille le rappel avec Fenris, notre Nordique. Nous faisons un certain nombre de nos ballades en liberté. Attention, cela ne veut pas dire que nous ne faisons pas particulièrement attention à l’environnement et que nous n’essayons pas d’anticiper toute les situations à risques, seulement que l’apprentissage est possible. On travaille toujours, pas tant contre son caractère, ses besoins ou ses aptitudes, mais autour de ces différentes données …

Pour conclure, il peut être très amusant de décortiquer les comportements pour trouver la part d’inné et la part d’acquis. Chercher à comprendre un comportement et d’où il vient, ne peut être que positif, à condition bien-sûr de ne pas s’avouer vaincu et d’abandonner l’idée de tout espoir d’évolution.

Les liens :

[1] Wikipedia - Comportement
[2] Zen mon chien - L'inné & l'acquis
[3] Sciences et avenir - Les traumatismes se transmettent de génération en génération
[4] Etho-logique - la part inné-acquis dans les comportements
[5] Gurumed - PLESMC
[6] Ruvr - Le secret de l'apprivoisement des animaux
[7] Aux 4 pattes - Choisir les reproducteurs en fonction de leurs caractères
[8] Sciences et avenir - La mémoire du danger transmise à la descendance chez les souris

http://www.celine-comportementaliste.fr/inneacquis.php


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
L'inné et l'acquis Grumpy-cat-01L'inné et l'acquis Ocd_grumpy_cat_by_linai-d6cqykpL'inné et l'acquis 3b965034881fb4956e7b1074a6ebd59b--grumpy-cat-cartoon-cat-cartoonsL'inné et l'acquis 87e19bb336784685fb937b4b8e5c7202
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
PowerUser

Féminin
Nb de messages : 44319
Age : 43
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: Re: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis EmptyLun 9 Nov 2015 - 23:52

Citation :
“It’s all in how they’re raised.”
Posted on December 10, 2012 | 114 Comments

“All puppies are blank slates.” “If you do everything right with your puppy, you’ll have a great adult dog.” “If dogs have behavioral issues, we should blame the handle end of the leash.”

These are common misconceptions I hear as a trainer, and they make me so very sad. Behavior is a combination of nature and nurture, and if we could just take a moment to look logically at these myths, we would see just how silly they are.

Genetics influence behavior. This is part of the reason we have breeds: if you want a dog to work your sheep, you’re going to choose a Border Collie, not a Brittany Spaniel. Even though the two dogs have the same basic size and shape, one is more likely to have the instinctive motor patterns to do the work than the other. Getting a Border Collie whose parents successfully work sheep further increases the likelihood of your dog having the necessary genetic ability to be a great sheepherder.

In the 1970’s, Murphree and colleagues began to study the difference between normal and fearful lines of Pointers. In cross-fostering experiments, puppies from fearful parents were raised by normal mothers. These puppies still turned out fearful, in spite of proper socialization and a confident role model.

Interestingly, puppies from normal parents who were raised by fearful mothers also turned out fearful. Environment also influences behavior, and the best genetics in the world can’t create the perfect dog without a supportive upbringing.

If we believe that the way a dog is raised is solely responsible for his adult behavior, how can the tremendous success of the Pit Bulls from Michael Vick’s kennel and many other fighting operations be explained? With their neglectful and abusive upbringing, we would expect these dogs to be vicious and unsalvageable. Yet many of them have gone on to become wonderful pets. Some compete in agility or work as certified therapy dogs. Many Pit Bull enthusiasts are adamant that it’s all in how the dogs are raised, yet the success of many former fighting dogs tells us that it’s more than just that. These amazing, resilient dogs also have to have a sound genetic basis to explain their ability to overcome adversity.

On the other end of the spectrum, many of my clients have done everything right, yet continue to struggle with anxiety or aggression issues in their dogs. Certain lines of Golden Retrievers are known for severe resource guarding issues that often show up even in tiny puppies. Most of my German Shepherd behavioral consults occur when these dogs hit 12-18 months and growl at or bite a stranger. Miniature Australian Shepherds are likely to come to me due to extreme fear issues at 6-10 months of age. Terrier owners often call me when their dog hits social maturity and begins fighting with housemate dogs. While these traits may be common in my area, trainers in other areas of the country report completely different issues in the same breeds due to different lines of dogs with different genetic potentials living and being bred near them. I also see hundreds of friendly, stable, solid Goldens, German Shepherds, mini Aussies, and terriers in our Beginning Obedience and Puppy Kindergarten classes.

The truth is that dogs are born with a certain genetic potential that will influence which behavioral traits they display. This could include a dog’s sociability towards people, dogs, or other animals; their level of boldness or fearfulness; their likelihood to display anxious or compulsive behaviors; whether they are calm and confident or nervous and neurotic; and many other behavioral factors.

Let’s look at one trait to make this more clear. We know that dogs born from fearful parents are more likely to be fearful and that dogs with bold parents are more likely to be bold. There is a behavioral continuum, with boldness on one end and fearfulness on the other. Here’s what that spectrum would look like. A dog on the left end of the spectrum would be incredibly fearful, while a dog on the right end would be exceedingly confident. Most dogs wind up somewhere in the middle, and dogs on both ends of the spectrum present challenges for their owners.

A dog with bold parents is born with the potential to be quite bold. He is physically capable of bold behavior. However, that doesn’t necessarily mean that he will become a bold dog. If his experiences as a puppy and young adult are very limited or if he has negative, scary experiences, he may develop into a fearful adult due to environmental influence. His genetic potential gave him the ability to be bold, but his environment did not nurture that ability.

On the other hand, consider a dog who is born from fearful parents. This dog does not have the genetic potential to be bold. Even given an incredibly supportive and nurturing environment as a puppy and young adult, this dog will always be somewhat fearful because the physical ability to be bold is just not there.

These dogs may present identically when we look at their behavior, in spite of the very different levels of dedication their owners had to socializing and supporting their puppies. However, the genetically bold dog may make a lot of progress with appropriate behavioral interventions, while the genetically fearful dog makes little or none. This has nothing to do with the skill level of each dog’s owner, but rather with the raw material each dog started with. (This is also, by the way, why ethical trainers do not make guarantees: without knowing what genetic package a dog starts with, there’s no way to know how much progress that dog can make until we try.)

Do you see how very unfair statements about how “it’s all in how they’re raised” are to committed, wonderful dog owners who have dogs with more difficult baselines? Just because your dog flew through a behavior mod program doesn’t mean every dog can or will, and assuming that it’s all because of the owner is unrealistic and downright cruel. I regularly work with wonderful people who do the best they can with difficult dogs, and that adage about walking a mile in someone’s shoes is applicable to their situation. As if living with and training a more difficult dog weren’t enough, these people are often subjected to comments and insinuations that if they were just a better handler, a better trainer, or a better leader, their dog would be perfectly fine. This is untrue and incredibly hurtful, and it needs to stop.

https://paws4udogs.wordpress.com/2012/12/10/its-all-in-how-theyre-raised/

Et en français, ça donne ça: http://sharpei-attitude.fr/wp-content/uploads/2015/08/Inne-acquis.pdf

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
L'inné et l'acquis Grumpy-cat-01L'inné et l'acquis Ocd_grumpy_cat_by_linai-d6cqykpL'inné et l'acquis 3b965034881fb4956e7b1074a6ebd59b--grumpy-cat-cartoon-cat-cartoonsL'inné et l'acquis 87e19bb336784685fb937b4b8e5c7202
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
PowerUser
 
 
PowerUser

Féminin
Nb de messages : 44319
Age : 43
Localisation : Dans la matrice! ^^
Emploi : Oracle

L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: Re: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis EmptyMar 10 Nov 2015 - 0:02

Citation :
Idée reçue : une race = un caractère
Posté le 3 mai 2010 par Kanidikoi — 3 commentaires ↓

L’éternel débat entre l’inné et l’acquis !

Le mot caractère vient du grec kharakttein qui veut dire graver. Donc un caractère correspond à un trait gravé. Ce qui impliquerait que chaque race a un caractère qui est inscrit dans ses gènes.

Or les études ont montré que les prédispositions génétiques n’interviennent que pour environ 20 % dans le comportement. Donc le reste est le résultat de l’environnement. Ainsi, les conditions de gestation de la mère, les premières semaines de la vie du chiot, les soins apportés, les caresses, les liens qui vont l’unir à sa fratrie et à son propriétaire, sa socialisation, etc. auront le plus d’impact sur son caractère.

L’éducation a un très grand rôle à jouer, parce que les propriétaires vont apporter des messages à leurs chiens, ils vont renforcer ou pas certains comportements, comme rapporter des bâtons, courir après les oiseaux, répondre au rappel, etc.

Prenons deux exemples, un chien qui va avoir un maître qui le laisse aboyer, voire qui l’encourage, continuera à aboyer. Et un chien qui n’est pas réputé craintif pourrait le devenir si son maître lui transmettait par exemple une angoisse liée à la rencontre avec un grand chien.

Mais il ne faut pas oublier les 20 % d’hérédité, car si vous voulez aller à la chasse avec lui, vous choisirez de préférence un chien de chasse comme un springer plutôt qu’un chien de compagnie comme un bichon !

Garder à l’esprit que le chien est un mélange d’inné et d’acquis et que certains comportements sont pour lui importants, qu’ils font partie de lui.

http://kanidikoi.com/idee-recue-une-race-un-caractere/

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
L'inné et l'acquis Grumpy-cat-01L'inné et l'acquis Ocd_grumpy_cat_by_linai-d6cqykpL'inné et l'acquis 3b965034881fb4956e7b1074a6ebd59b--grumpy-cat-cartoon-cat-cartoonsL'inné et l'acquis 87e19bb336784685fb937b4b8e5c7202
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dogstardaily.com/
MuzaRegne
Compte inactif
Compte inactif
MuzaRegne

Nb de messages : 737
Localisation : 64
Emploi : prof

L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: Re: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis EmptyMar 10 Nov 2015 - 0:17

"les études ont montré que les prédispositions génétiques n’interviennent que pour environ 20 % dans le comportement" ??? C'est un peu beaucoup à la louche ^^
Les études d'héritabilité de caractères comportementaux se font au cas par cas, on ne peut pas ditre "c'est 20% pour LE comportement".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'inné et l'acquis Empty
MessageSujet: Re: L'inné et l'acquis   L'inné et l'acquis Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'inné et l'acquis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Espagne / Baléares : Un sens inné de la fête
» Pré-requis / Pré-acquis
» visite surprise de l'inspecteur de l'upa pour les oeuf
» Interrogations???
» Prestige des marques de prestige ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°°Le Forum de l'Education Canine & des Méthodes Positives & Amicales°° :: L'APPROCHE POSITIVE ET AMICALE :: * EDUCATION CANINE & COMPORTEMENT CANIN *-
Sauter vers: